Selon cette lettre adressée au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, environ 20 mille personnes dans le monde ont signé une pétition pour demander l’annulation des sanctions de mobilité adoptées contre le Mali.

Voici le contenu

UNE

Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso,

Nous avons appris avec regret que vous autorisez la fermeture des frontières terrestres et aériennes de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest avec le Mali, État membre.

En tant que citoyens et habitants de l’espace communautaire [CEDEAO], nous avons été très déçus et scandalisés par cette décision. Et pour cause, cette privation du droit d’aller et de revenir au peuple malien, estimé à 21 174 575 habitants (Source : Département des affaires économiques et sociales des Nations unies), va le fragiliser, d’autant qu’il connaissait déjà des maux comme la précarité .et crise sanitaire.

Rappelons également que lors de sa campagne présidentielle il nous avait promis de faire de la mobilité intra-africaine un facteur de développement. Cependant, votre projet est contraire à vos engagements et à l’intérêt des communautés de la CEDEAO.

C’est pourquoi nous vous adressons cette première pétition, qui a déjà été signée par environ 20 000 de nos concitoyens et concitoyens, vous demandant d’annuler les sanctions de mobilité adoptées contre le peuple frère du Mali.

Dans l’attente de votre réponse favorable, veuillez agréer, Excellence Monsieur le Président, nos salutations les plus respectueuses.

Nouffou OUEDRAO

Source : Burkina Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.