Aller au contenu

La controverse sur l’engagement de l’Allemagne au Sahel

Des manifestations anti-occidentales au Niger ou au Mali et le putsch militaire au Burkina Faso continuent de remettre en question l’intervention militaire allemande au Sahel.
La dpute allemande Sevim Dagdelen, notamment porte-parole pour les relations internationales et le dsarmement du groupe parlementaire du parti d’extrme gauche Die Linke, ny va pas par quatre chemins pour valuer lengagement de la Bundeswehr au Sahel.

« L’intervention de l’arme allemande devient de plus en plus un désastre total. Ni la chaîne de sauvetage ni une protection arienne suffisante ne sont assurées. Les conditions du mandat ne sont donc plus remplies. Le retrait doit désormais s’organiser rapidement si l « on ne veut pas vivre une dbcle des cellules similaires d’Afghanistan. Ceux qui laissent la Bundeswehr sur place mettent en danger la vie des soldats de manire irresponsable », at-elle indique la DW.

Environ 1 100 soldats de la Bundeswehr au total participent à la Minusma, la mission des Nations unies au Mali. En septembre dernier, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait menacé de retirer ses soldats du pays si les militaires ne répondaient pas aux besoins de sécurité des troupes allemandes.

Alliances avec la Russie
Pendant ce temps, un deuxième coup d’État en huit mois à eu lieu fin septembre au Burkina Faso, le plus petit État du Sahel. Objectif déclaré : faire face aux islamistes qui, malgré les neuf mois du gouvernement militaire, contrôlent désormais près de 30 % du territoire national.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *