Aller au contenu

l’appel de Laurent Gbagbo à Assimi GOÏTA – Info-Matin

L’ancien président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo a évoqué le dossier des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis maintenant trois mois le lundi 17 octobre à l’occasion du 1er anniversaire de sa formation politique, le Parti des Peuples africains de la Côte d’Ivoire en demandant au président Assimi de jouer la carte de la fraternité.

Laurent GBAGBO a rappelé que les soldats avaient été envoyés au Mali par la Côte d’Ivoire et que « c’est celui qui a envoyé qui la plus grande responsabilité ». La tourne au vinaigre est masquée ».
« Il faut demander au Président Assimi GOITA de penser à sa fraternité d’armes avec ceux qui sont en prison la-bas, que certains intimés des soldats et que d’autres intimés des mercenaires. On n’a pas les éléments pour mieux apprécier la situation. Pour ma part, quand tu envoies tu dois pouvoir dire clairement, si ça tourne au vinaigre, pourquoi tu as envoyé un tel pour faire quoi, dans quel délai, clairement », at-il exigé.
L’annonce que son parti allait bientôt envoyer des délégations en Guinée, au Burkina et au Mali dirigées par des militaires pour « s’informer ».
«Nous, ici au PPA-CI, on compte, dans les mois prochains, envoyons une ou trois délégations, en Guinée, au Burkina, à Bamako pour s’informer. Pour nous informer sur place, pour vous informer sur place. Comme nous n’avons pas les manettes de l’exécutif, on ne peut rien faire d’autre, mais au moins on comprendra ceux qui disent qu’ils sont mercenaires et ceux qui disent qu’ils sont soldats », at-il ironisé .
Pour ce faire, il a lancé un appel au Président togolais, Faure Gnassingbé, médiateur dans ce dossier, de  »redoubler d’efforts ».
Il a fait observer que ces trois pays de la CEDEAO, le Burkina Faso, le Mali et la Guinée, qui sont en proie à des coups d’État, l’on devrait s’interroger «pourquoi nous francophones nous sommes sujets aux coups d’État ‘État? « .
Pour lui, «rien n’arrive sans explication; l’explication, on a ou on ne a pas, mais elle existe. Les coups d’État militaires existent, mail il y a aussi les coups d’État civils ; (et) des coups d’État militaires sont souvent des réponses aux coups d’État civil ».
Suite à l’arrestation de 49 militaires ivoiriens le 10 juillet 2022 à Bamako, la justice malienne les a inculpés, le 15 août 2022, pour tentative d’atteinte à la sécurité de l’État. Après des négociations, trois soldates ivoiriennes ont été libérées et ont regagné Abidjan le 3 septembre 2022.
Le 9 septembre 2022, alors qu’Abidjan s’entendait à la libération prochaine des 46 autres soldats, dont l’arrestation était considérée par le Mali comme une affaire judiciaire, les autorités maliennes ont demandé en contrepartie de la libération de ces 46 militaires des extraditions .
Ainsi, Bamako s’attend à l’extradition vers le Mali des personnalités qui, selon les autorités de la transition, bénéficient de la protection de la Côte d’Ivoire pour déstabiliser le Mali.
Pour Abidjan, cette demande confirme une fois de plus le fait que ses soldats « ne sont en aucun cas des mercenaires, mais plutôt des otages ».
Le Conseil national de sécurité considère ce « chantage inacceptable et exige la libération sans délai » des 46 soldats détenus.
Rappelons que sur les 49 militaires ivoiriens arrêtés le 10 juillet 2022 à Bamako, trois soldates ont été libérées pour raison «humanitaire».
La Côte d’Ivoire soutient que ces soldats ont tous été déployés au Mali en qualité de 8e détachement de l’élément de soutien national au sein de la Minusma.
Une année après sa création, le PPA-CI pense déjà à la conquête du pouvoir. Et pour la présidentielle prévue en Côte d’Ivoire dans trois ans, le nom du candidat qui défendra ses couleurs est presque connu.
« Pour les élections de 2025, le président Laurent Gbagbo est notre candidat naturel », selon Damanan PICKASS, secrétaire général du PPA-CI.
Pour le secrétaire général du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire, le nya pas d’alternatives à cette candidature.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *