Aller au contenu

Le Niger suspend le transit des produits pétroliers vers le Mali

Le Niger a décidé la semaine dernière de « suspendre » le transit des produits pétroliers destinés au Mali voisin, une mesure antérieure et sans lien avec les récentes attaques de Bamako contre le président nigérien, ont assuré mardi plusieurs membres du gouvernement de Niamey.
Dans une note de service en date du 21 septembre, la direction générale des Douanes du Niger annonce « la suspension de la délivrance des autorisations de transit de produits pétroliers accordée aux usagers sur le Mali ». Les produits destinés à la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) sont toutefois exemptés de cette suspension, ajout de cette note. En outre, le texte annonce la « suspension » des autorisations « déjà délivrées » pour la fourniture des produits pétroliers au Mali et qui ne sont pas destinées à la mission inusienne. « Cette mesure de suspension ne concerne pas les exportations des produits pétroliers raffinés du Niger qui persistent d’être exportés vers le Mali », a précisé dans un communiqué Tidjani Abdoulkadri, le porte-parole du gouvernement du Niger. Cette décision au prix trois jours avant les attaques du Premier ministre malien par intrim, le colonel Abdoulaye Maga, l’a rencontré du président nigrien Mohamed Bazoum. A la tribune de l’UNU, il avait notamment accusé M. Bazoum « de ne pas tre nigrien ». Selon M. Abdoulkadri la mesure de suspension « n’a rien voir » avec ces déclarations. « Il y a une concidence hasardeuse du calendrier que certains ont essayé d’interpréter comme tant une sorte de mesure de reprsailles l’endroit du peuple frre malien. Il n’y a aucune corrélation », a de son ct expliqué le ministre des Finances du Niger, Ahmat Jidoud. Selon le porte-parole du gouvernement du Niger, la douane nigrienne avait accordé en une dernière des autorisations certaines sociétés pour acheminer des produits ptroliers du Nigeria vers certains pays voisins comme le Mali, via le Niger. Mais, ces sociétés s’adonnaient des « pratiques frauduleuses » en inversant leurs produits « exonrés et de taxes et des droits de douanes » sur le marché nigrien auquel ils n’étaient pas destinés, at-il justifi. Une source douanire avait galement invoque l’AFP des raisons « scuritaires ». Les livraisons d’hydrocarbures destinées à la Minusma seront « escortées jusqu’à la frontière du Mali », a assuré cette source. Au Niger et au Burkina Faso voisin, plusieurs sources font souvent état de détournements de camions transportant des hydrocarbures par des groupes djihadistes. Le Niger et le Mali sont confrontés depuis des années aux attaques de groupes jihadistes affiliés à l’Etat islamique (EI) et Al-Qada.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *