L’engagement français au Sahel se heurte à une hostilité de plus en plus visible, illustrée ces derniers jours au Burkina Faso puis au Niger par la mobilisation contre le passage d’un convoi militaire en route vers le Mali.

La longue file de véhicules a dû traverser le Burkina Faso puis le Niger pour rejoindre le nord du Mali, Gao, comme c’est le cas depuis le début de l’intervention française au Sahel en 2013.

Mais le chemin était semé d’embûches : Kaya (centre burkinabé), puis Tera (ouest du Niger), dans des zones où la violence est omniprésente, les manifestants ont bloqué le convoi et rasé les véhicules escortés par les forces de sécurité locales.

A Kaya, plusieurs manifestants ont été blessés. A Tera, au moins deux d’entre eux ont été tués dans des tirs attribués aux forces nigérianes par certains, françaises par d’autres. Une enquête a été ouverte. Le convoi est arrivé à Gao dimanche soir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *