lissue du sommet de vendredi dernier Accra, les dirigeants ouest-africains bien quayant décidé de maintenir les sanctions contre discussions notre pays, ont décrit leur volonté de poursuivre les en vue darriver un compromis

Les chefs d’état de la Communauté économique des états de la Afrique de l’Ouest (Cedeao) étaient runis le vendredi dernier Accra au Ghana pour examiner la situation politique dans notre pays, en Guinée et au Burkina Faso. Ils ont rejeté les 24 mois supplémentaires proposés par les autorités maliennes et maintiennent les sanctions prises contre notre pays. Ce sommet intervient après la visite du médiateur de l’organisation sous-régionale, Goodluck Jonathan dans notre capitale. Au cours de ce voyage, l’ancien président nigérian au reçu par le chef de l’État, le colonel Assimi Gota.

L’aussi eu des discussions avec le gouvernement sur le chronogramme de la Transition. La partie malienne a ainsi soumis un chronogramme révisé aux réformes politiques et institutionnelles ainsi que des actions détaillées concernant les élections avec un dlai de 36 mois pour la Transition, a précisé le ministre Porte-parole du gouvernement dans un communiqué. Le colonel Abdoulaye Maga a déploré que cette proposition n’ait pas été acceptée par le médiateur. la suite des changements au terme détermine la pertinence des réformes à reconnue par la Cedeao, le gouvernement à propos d’un nouveau dlai de 29 mois. Le colonel Assimi Gota, dans un dernier effort visant à paraître un compromis réaliste et salutaire pour le Mali et la Cedeao, a ramen ce dlai 24 mois, a soulign le Porte-parole du gouvernement, tout en déplorant que cette proposition na pas galement t acceptée par le médiateur. Aprs la visite de Goodluck Jonathan Bamako, la Cedeao a annonc un sommet extraordinaire des chefs dtat et de gouvernement pour le vendredi 25 mars Accra auquel il a invit le prsident Gota. Dans un communiqué publié par la suite, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopration internationale, Abdoulaye Diop, pour notifier à la commission de la Cedeao, les regrets du président de la Transition de ne pouvoir prendre part à la session extraordinaire de la confrence des chefs dtat et de gouvernement de la Cedeao. Cependant, la disponibilité a marqué sa disponibilité pour interagir au cours de ladite session avec ses pairs par visioconférence sur tout point relatif à la situation au Mali.
Mieux, les ministres Diop apportent la connaissance de la commission qu’une délégation menée par lui-même effectuera le déplacement pour la rencontre d’Accra pour y représenter la République du Mali. Mais la veille du sommet, le ministre Diop a, dans un tweet, informe que suite aux consultations avec la Cedeao, il est retenu que le format du sommet est un huis clos entre chefs dtat. Dès lors, at-il conclu, la participation de la délégation ministérielle malienne n’était plus nécessaire. Ce sommet est donc tenu sans la délégation ministérielle qui devrait représenter le Mali. Malgr la bonne foi des autorits maliennes de trouver un compromis avec les chefs dtat de la sous-rgion, la Cedeao est reste sur sa position concernant notre pays. Dans le communiqué final publié du sommet de vendredi, l’organisation communautaire a not que lors de la dernière mission du médiateur du 18 au 20 mars, les autorités de la transition ont proposé un chronogramme de 24 mois, soit deux ans en plus des 18 mois dj couls. La conférence a regretté l’indisponibilité du président de la Transition honore en personne l’invitation ici qu’il a faite de participer au sommet en vue de trouver une solution à la situation actuelle du Mali. Les chefs dtat ouest-africains ont engag les autorits de la Transition sinscrire dans une priode complmentaire de 12 16 mois arrte par lquipe de la Cedeao, de lUnion africaine et des Nations unies pour lextension de la Transition tenant compte des activits ncessaires lorganisation de llection présidentielle . Pour la Cedeao, ce dlai complmentaire court partir du 15 mars 2022. La confrence a dcid de lenvoi du mdiateur pour poursuivre et finaliser les discussions avec les autorits de la Transition sur le chronogramme. La Cedeao a décidé de maintenir les sanctions prises le 9 janvier 2022, de poursuivre le dialogue en vue d’arriver un accord qui permait la levée progressive desdites sanctions. Ce sommet a lieu alors que la Cour de justice de l’Union économique et montaire ouest-africaine (Uemoa) a décidé de la suspension de la lexcution des sanctions prononcées par la conférence des chefs d’état de gouvernement de l’organisation lors de leur session extraordinaire tenue Accra au Ghana le 9 janvier 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.