La Fédération malienne de Bras de Fer Sportif (FMBFS), a organisé le dimanche 29 mai 2022 au Pavillon des sports du stade Modibo Kta, le Tournoi OVER THE TOP ou la compétition des colosses de la discipline. Une tournée we parrain par Oumar Traor avec comme sponsor officiel, Moov Africa Malitel et partenaires, notamment le Pmu-Mali, et la Boisson Barika.

Ils juraient tous devant Dieu et les hommes qu’ils rentreraient avec le trophée tant attendu de The Over Top. Ils se sont les qualifiés du carr das lors de leur présentation et ce après la phase des liminatoires opposant plus de la trentaine de dathltes entre eux.

A linstar de leurs supporters venus en grand nombre au Pavillon des Sports du stade Modibo Kita et qui scandaient avec Pancards et autres effigies leurs noms sans discontinuer, les demi-finalistes dont Ere Benx, Daouda Kolo et Hors-jeu etc. Tous affichaient donc une grande confiance avant les hostilités et leurs Fans dans leur camp voyaient leurs idoles sur la plus haute marche du podium.

Ere Benx lors de la prise de parole a promis d’offrir le trophée Fans et au Parrain, la soirée siffle mais en face les autres adversaires y comprend son challenger de la demi-finale, point d’être perturbe se concentre.
Quand l’arbitre appla les protagonistes, la salle fut en bullition et tout le monde retient son souffle.

Place aux choses sérieuses. Pour le top départ du carr das, basket Ere Benx ici prend le meilleur sur Daouda Kolo pour le premier ticket de la finale. Ra ka Le de son ct domine et mis comme son nom l’indique hors de course, Hors jeu, pour le second ticket de la finale. Sans surprise et plus motivé par ses nombreux supporters, Ere Benx impose Ra Ka Le lors de combats ultimes. Ere Benx a remporté ainsi le tournoi OVER THE TOP 2022 ou la compétition des Colosses du Bras de Fer Sportif.

Après cette victoire contre Ra Ka Le qui n’avait fait qu’une bouche de ses adversaires lors des liminatoires, Ere Benx n’avait plus qu’abattre celui qui se présentait comme son principal Challenger. Le trophée des Colosses sera remis Ere Benx par le Parrain en présence de ses proches, amis et famille, en présence des membres de la Ligue de la Fédération malienne de bras de fer sportif et du représentant des partenaires.

A lissue de la soirée de fte avec outre la prestation dartistes, le secrétaire général de la FMBFS, Bekaye Diawara, se flicite de la belle prestation et le comportement exemplaire descouttes avant de saluer ses collègues du bureau pour la bonne organisation sans oublier le Parrain remerci , les sponsors officiels et partenaires traversent le Cnosm ainsi que les autres partenaires du Tournoi.

Je suis content, très mus d’être le parrain. Je salue et flicite le vainqueur du tournoi de mme que tous ceux qui ont compti ce jour. Je fcilite la FMBFS ici la bonne ogrnaision du tournoi, le fair play ici en prévalu entre les atlettes. J’encourage les uns et les autres pratiquer le Bras de Fer qui est une discipline prometteuse, d’avenir. Pour ma part, je reste disponible plus que jamais apporté ma petite pierre de contribution à la promotion du bras de fer au Mali, a soulign le parrain Oumar Traor.

Le gouvernement malien a annoncé en milieu du mois le retrait du pays du G5 Sahel pour dnoncer le refus qui lui a opposé d’assurer la présidence de cette coalition de lutte contre le terrorisme. Le compte cinq pays membres : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. Cette décision intervient après une série d’autres prises par le pouvoir militaire. Selon Bassirou Ben Doumbia, auditeur en politiques publiques et juriste, le gouvernement tente de faire face à ces différents fronts malgr isolement. L’Est a interrogé Lilianne Nyatcha.
Rupture des accords de défense avec la France, retrait du G5 Sahel, convocation par la justice du chef de la diplomatie française Le Drian, annonce du putsch manqu, comment analysez-vous ces derniers événements ? Le gouvernement malien est sur plusieurs fronts

Ce sont des conséquences de tout ce dont nous savons aujourd’hui, en ce qui concerne les tensions des relations franco-maliennes depuis un certain moment, concernant la gestion de la crise sécuritaire, le contexte de la transition.

Avant tout cela, il faut aussi situer les événements dans un contexte de la montée du panafricanisme, qui aujourd’hui fait que ce soit au niveau de l’élite politique africaine, que ce soit du ct de la jeunesse, presque tout le monde dnonce cette omniprsence de lex puissance coloniale, la France, sur le destin des anciennes colonies. Avec l’émergence de nouvelles consciences politiques, avec l’émergence de cette nouvelle jeunesse qui est en rupture avec les anciennes croyances fondées sur le colonialisme, aujourd’hui, il est évident que les discours soient tendus.

Mais ces décisions, ces mesures ne se traduisent-elles pas par un manque de srnit, une certitude fbrilit de la part du pouvoir malien ?

Vous en parlerez pas de fbrilit, ce sont des acteurs politiques assoz mtures et responsables. Ces autorités savent ce quelle police, simplement elles se sont inscrites désormais dans une nouvelle dynamique de sécurité.

Elles veulent affirmer l’indépendance entière du pays, que ce soit sur le plan politique, militaire ou diplomatique. Et c’est dans cet ordre dide l, qu’aujourd’hui, on voit dans leurs agissements, dans leur approche, cette tendance jouer cartes sur table avec la France, qui pendant plusieurs décennies, avait t vue comme le parrain des tatouages ​​africains, comme cellules qui pouvait faire et dfaire quand elle voulait. Et c’est ce que je vous ai dit lors de l’introduction, aujourd’hui vous avez cette jeunesse. Aujourd’hui, quand vous regardez le profil de chacun des membres de ce gouvernement, ils sont tous de la nouvelle génération d’après les années 80 pour la plupart. Sept des premiers ministres font partie des anciens, mais les autres ne sont pas parrainés par Paris ou par Washington. Quand vous regardez leur profil, c’est un pur produit de l’école malienne, et galement des coles russes. Il est vident politiquement de comprendre que ce gouvernement-l, n’a aucun complexe vis-à-vis de la France, ce gouvernement n’a aucun complexe vis-vis des autres puissances militaires, donc elle entend assumer le rle qu’ la se confie ou que le peuple entier dans la conduite de la transition he confie.

Jusqu’à quand le gouvernement de transition pourrait-il faire face au choc dont vous parliez, n de son envie d’indépendance, on voit que les difficultés s’accumulent.

Jusqu’à ‘quand pourra-t-il tenir?

Je comprends que vous tes du dehors, vous avez une autre lecture de la chose, mais lorsque lon regarde en interne, on constate effectivement que le gouvernement n’est pas

nécessairement sur plusieurs fronts. Le gouvernement à contrainte d’aller sur plusieurs fronts. C’est un autre angle de lecture. Donc jusqu’à quand le gouvernement pourra rsister, on ne peut le dire, mais il faut juste comprendre un peuple aussi meurtri comme le Mali, here pendant dix ans na pas connu ce qu’on appelle llment de stabilit, que ce soit au niveau de la scurit ou au niveau des institutions politiques, le pays devrait bénéficier aujourd’hui du soutien de l’ensemble des peuples africains, de l’ensemble de la communauté internationale, pour laider à se relever.

C’est aussi l’élément de solidarité de la diplomatie, malheureusement, ce nest pas ce qu’il se passe. On a limpression quil ya quun seul ordre auquel il faut se soumettre et que tout Etat ou toute personne qui n’est pas soumise cet ordre-l, est vu comme un belliqueux, est vu comme un ngationniste et du coup ne peut pas bnficier du soutien des autres.

Le Mali n’a pas réussi à prendre la présidence tournante du G5 Sahel. Comment expliquez-vous ce blocage alors que la Mauritanie et le Burkina Faso, deux pays membres du G5 Sahel sont considérés comme des soutiens de Bamako ?

Justement c’est regrettable ce qui s’est passé et je pense que cela corrobore tout ce que je viens de vous dire, ds lors que par vidence la présidence devait revenir au Mali, selon ce que le porte-parole du gouvernement nous a expliqué la télévision. Il se trouve que le Tchad refuse de lguer la présidence au Mali. Alors pourquoi ? La manière par laquelle le fils d’Idriss Déby est arrivé au pouvoir n’est qu’un coup d’État, parce que constitutionnellement il n’était pas celui qui devait légitimement occuper la transition du Tchad. Mais si la France admet cela, et qu’elle se présente la crmonie d’vestiture du président, tandis que de l’autre ct, on traite les maliens d’être des putschistes, cela n’est pas cohérent pour la politique internationale française vis-à-vis de sa politique en Afrique. Ce discours contradictoire de la France entre deux États africains est le Pérou autrement par les maliens. Et sachant très bien qu’au sein du G5 Sahel, quand bien même il s’agit d’une organisation régionale, la présence de la France et son influence est importante. Donc il nest pas évident et c’est ce que l’opinion publique croit ici au Mali aujourdhui, que la France soit derrière ce refus de lguer la présidence au Mali.

Le pouvoir malien est-il aujourd’hui isolé ?

On est dans l’isolement depuis très longtemps. Ne serait-ce qu’avec les sanctions économiques de la CEDEAO, de l’UEMOA, c’est un isolement. Avec le recul des relations diplomatiques avec la France, et l’isolement du pays, le Mali et la France, c’est une histoire multi-école.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.