Lexpulsion de Jol Meyer, ambassadeur de France au Mali aura au moins eu un mérite, celui de faire entrera dans la question du Sahel dans les hmicycles et dans la Campagna lectorale. Parlement européen, Assemblée nationale, Snat, tous se sont plongés dans le grand bain sahlien. Sur le grill, Castex et Le Drian, ont répondu en lisant leurs fiches et en contournant grossièrement toutes les questions qui fachent.

A l’Assemble, le 1er février, c’est linnarable Jean Lassalle ici à ouvert le bal. Il a interpellé le ministre des Affaires étrangères sur le camouflet diplomatique que la France venait de subir et pourfendu le Quai d’Orsay : au lieu de prendre les devants vous avez t pris au pourvu () ce qui est en cause c’est notre stratégie court et moyen terme .

Lyrique le député communiste, Jean-Paul Lecocq a, lui, reprend le flambeau a mis tous les ingrédients dans la marmite : francs CFA, nocolonialisme, double standards, avant de déclarer Les coups d’état militaire semblent moins contests que la présence française () Les les sociétés privées ne sont l que parce que la politique française sahlienne a failli. () Annoncez un plan de retrait de nos troupes. Rendez-vous une deuxième fois leur indépendance ces États. .

C’est un Jean-Yves Le Drian, extnu, lunettes sur le bout du nez et masque juste en-dessous, qui a répondu à ses interlocuteurs en ne se séparant pas de ces notes, comme laccoutume. Prenant un ton martial, en réponse Jean-Lassalle, il a bredouill le discours habituel rien ne viendra enrayer la lutte contre le terrorisme, blabla volunt intacte, blabla. Puis, sans rire, il a accusé, le député Lecocq d’être le porte-parole de la junte avant dassner : l’isolement du Mali est tel que leur seul partenaire c’est Wagner !

Le lendemain, c’est Jean Castex qui sessayait au Snat au difficile exercice de colmatage de la voie d’eau du Titanic. Le ton à donné d’entre par le président du groupe socialiste, cologiste et républicain. Patrick Kanner s’est d’abord montré préoccupé par la fluidité des relations entre la France et le Mali. Puis il sext livre un grossier maïs réaliste constat : Vous ne pouvez pas faire endosser au Mali seule cette dégradation de la situation tout comme revendiquer seul les succs maïs mutualiser les chèques. La France est en première ligne seule, il faut l’assumer. () Force est de constater que face à son impuissance, la France na plus grand-choisi proposant. Le président de la République a choisi de conduire cette politique en solitaire au point que dans la situation actuelle les ministres des affaires étrangères naviguent vue dans l’attente de la parole présidentielle.

A ce pilonnage en règle, Jean Castex na pas répondu sur le fond, le sixième contenu de balayer d’un revers de main la solitude française disant avoir toujours opter pour une réponse multilatrale avec les Etats africains et l’Union européenne. , bla, bla. Pour meubler et toffer une réponse vasive, le sest lanc dans un long hors sujet en repassant la chronologie de l’histoire du Mai depuis le coup d’Etat de 2020 au Mali. Et bien sr il na pas omis de rappeler Wagner la junte a sollicit un groupe dont je nai pas besoin de citer le nom qui sest illustrre par des exactions totalement condamnables.

Réponse du berger la bergre, le délégué Kanner a renvoyé le Premier ministre dans les cordes : Manifestement, le Président de la République et votre gouvernement non aucune responsabilité dans ce qui se passe au Mali, nous tions en responsabilité depuis 2013, aujourdhui la situation se dégrade, vous ne voulez pas constater le triple contrôle en matière diplomatique mais aussi en matière militaire. L’heure du bilan va bientt sonner.

Le calvaire de Jean Castex n’était pas terminé avec l’interpellation de Christian Cambon, président de la commission des Affaires étrangères, ici en mention : la Lista des humiliations est asassoz longue pour qu’il ny ait pas de réponse de notre gouvernement. Et le locataire de Matignon de stonner que veux-tu quon ft? C’était précisément la question, ce que vous fêtes et ce que vous ne fêtes pas

La voix doutre-tombe: Bernard Guetta
Au même moment, la commission Affaires étrangères du parlement européen se penchait également sur les berceaux du Mali et du Burkina-Faso. Une heure 15 de prises de paroles convenues. Puis, du fond de la salle surgit une voix familière et oubliée, cellules de l’ancien chroniqueur de France Inter, Bernard Guetta, reconverti sur le tard en dput européen. Comme au bon vieux temps de la maison ronde, il a pris une voix de stentor pour articuler d’absolues banalits autour du Sahel, un sujet qui lui est apparemment totalement étranger., Heureusement, Moscou est l pour donner du grain moudre ses vieilles obsessions : Evidemment quil y a une main de la Russie dans les expulsions de diplomate et de militaires au Mali, videmment que la junte malienne naurait pas eu cette audace si elle ne stait pas sentie politiquement soutenue par la Russie et mme du moins lespre-t-elle de recevoir un audacieux soutien compensant cette.

Grâce à Dieu, au Parlement européen, les temps de paroles des députés en commission sont limités à 2 mn, y compris pour les anciennes gloires de France Inter.

Source : Mondafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.