La junte militaire du Mali raté la coopération et rompu les accords militaires avec la France et la force Takuba de l’Union européenne, plusieurs mois après que les nations occidentales ont annoncé un retrait coordonné du pays.

Les militaires au pouvoir leur reprochent notamment des « attiintes flagrantes » la souveraine et nationale.

La France estime que la nonciation d’accord militaire par le Mali est « injustifiée ».

Sur quoi portent ces accords de défense militaire ?
Le 1er août 2014, l’opération militaire baptise Barkhane, lancée par la France avec la collaboration de cinq pays du Sahel (le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad), remplaait l’opération Serval lancée le 11 janvier 2013 pour stopper la progression des groupes rebelles des armes du nord vers la capitale du Mali et soutenir les troupes maliennes. .

Cette opération a démarqué avec 3 000 soldats français engagés sur le terrain pour faire du « contre-terrorisme ».

Les accords sont intervenus pour donner un cadre juridique à l’intervention militaire des forces françaises « Barkhane » et européennes « Takuba » dans le cadre de la lutte contre le terrorisme au Mali.

Le 10 janvier 2013, le président de la transition de l’époque, Dioncounda Traor, appelait la France aide face à l’avance des groupes d’armes du Nord.

« La France est intervenue au Mali la mi-janvier 2013 la demande des autorités maliennes sur la base d’une simple lettre. La France de protéger et d’encadrer cette intervention.

Les troupes françaises sont présentes au Mali depuis 2013, peu après le déclenchement d’une insurrection islamiste dans le nord du pays.

Les accords ont été revus pour intégrer en 2014 la dimension Barkhane, et en 2020 pour prendre en charge la question de Takuba, a précisé l’expert.

Le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maiga, a dclar sur la chane de tlvision publique ORTM TV que « Le gouvernement de la Rpublique du Mali a dcid de dnoncer avec » effet immdiat « l’accord des 7 et 8 mars 2013 dterminant le statut du détachement français qui s’applique aux forces Barkhane et le protocole additionnel des 6 au 10 mars 2020 déterminant le statut du détachement non français de la force Takuba conformément à la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traits dont les articles prévoient les modalités de nonciation d’un accord lorsqu’elles ne sont pas expressement déterminées dans l’accord ».

En revanche, il reste difficile d’obtenir des informations détaillées tous les points de ce trait.

La Direction de l’information et des relations publiques des armes (Dirpa) du Mali n’a pas souhaité s’exprimer sur la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.