En visite de travail de 48 heures à Bobo-Dioulasso, le président du Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a eu une rencontre d’échanges avec les forces vives de la région des Hauts-Bassins, le vendredi 20 mai 2022, dans la salle de conférences du Conseil régional. Au cours de cette rencontre, plusieurs sujets ont été rejetés dont la question sécuritaire, la cherté de la vie, la mise en place des délégations spéciales.

Recueillir les préoccupations des forces vives de la région des Hauts-Bassins et apporter des réponses aux questions qui ne demandent pas beaucoup de temps de réflexion. C’est l’objet de la tenue de cette rencontre d’échanges entre les chefs de l’Etat, Paul-Henri Sandaogo Damida et les forces vives de la région. Sur la question du financement du terrorisme au Burkina, le président du Faso, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a indiqué que les interprétations sont relativement variées au financement des groupes armés qui attaquent le Burkina Faso. « Nous pensons que la grippe extérieure existe bel et bien, mail il y a des mécanismes autonomes de financement de ces groupes-la », at-il indiqué. Et de poursuivre qu’il existe le mécanisme interne à travers les sites d’orpaillage et le vol de bétail qui contribue également à financer les groupes armés. Pour le président Damiba, c’est en toute intelligence qu’il faut procéder pour couper ce lien et réussir à affaiblir et affecter les différents groupes armés qui sont dans la violence extrémiste au Burkina Faso. « Le gouvernement peut-être pris la mesure d’augmenter le tarif du carburant de 100 F CFA sur le litre ; c’est comme si d’autres personnes attendaient cela pour augmenter même le prix des tomates », s’est offusqué le président, abordant la question de la vie chère. Pour lui, c’est la population qui fait augmenter les prix et non le gouvernement. Il explique qu’il y a des gens qui stockent de préférence des marchandises et attendre que le besoin soit très prononcé avant de procéder à l’augmentation du prix des marchandises rejetée. Le regret que le Burkinabè met en avant l’intérêt personnel au détriment de celui collectif. « C’est une réalité de ce qu’est devenu le Burkinabè ; nous devons travailler ensemble à revoir ces pratiques pour que personne ne fasse encore de stock de marchandises dans le mais d’avoir remboursé quelques francs de plus sur ses revenus », at-il indiqué. Toutefois, il a rassuré que des mesures urgentes ont été prises pour essayer d’Importer à faibles coûts, les denrées de grande consommation.

« Le Burkina Faso est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer »

Par ailleurs, le président Damida prévient que les commerçants qui font le stockage seront débusqués et leurs marchandises saisies au profit de la population. Sur la mise en place des délégations spéciales, le président du Faso a expliqué les raisons du retard dans la mise en place de ces structures, avant de rassurer les différents acteurs qu’elle sera effective dans les prochains jours. Il faut rappeler que c’est suite au coup d’Etat du 24 janvier 2022, que le MPSR a procédé à la dissolution des organes dirigeants des collectivités territoriales pour être remplacés par des délégations spéciales. A noter qu’au cours de cette rencontre, une question a visiblement agacé l’hôte du jour. L’agit d’une question posée par un membre d’une organisation de la société civile de la ville de Sya, ici a demandé à savoir la position du MPSR face à la France. Et l’auteur de la question de préciser que son soutien au mouvement du président Damiba dans la soirée a conditionné par la position de cette structure vis-à-vis de la France. Face à cette intervention, le président Damida, sur un ton humoristique qui a fait rire l’assistance, une réponse à l’intervenant : « A partir de maintenant, vous êtes le soutien de la Transition. Si vous vous écartez des objectifs de la Transition, vous la trouverez sur votre chemin. Le Burkina Faso est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer. Si vous êtes réellement fort comme vous le prétendez, faites votre coup d’Etat et gérez le pays comme vous le voulez ». En effet, le président Paul-Henri Sandaogo Damiba a donné des instructions aux Forces de défense et de sécurité de la région des Hauts-Bassins d’avoir l’œil sur les agissements d’intérêt. Sur la question de la réhabilitation de l’axe Bobo-Orodara, le président dit avoir pris note, tout en promettant que la question sera étudiée pour une prise de décision. A son arrivée à Bobo-Dioulasso, le plus entretenu avec la hiérarchie militaire des Hauts-Bassins. Il faut souligner que depuis sa prise de pouvoir en janvier 2022, c’est la première sortie officielle du président dans cette partie du Burkina Faso.

Lassina DIARRA (Correspondante)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.