Sadio Mané # Mohamed Salah. Telle est l’affiche de la finale de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), ici si présente en duel entre les deux compères d’attaque de Liverpool pour la suprématie continentale. Une affiche aussi non éditée que prometteuse entre deux formations entrées timidement dans le tournoi, maïs qui ont su monter progressivement en puissance pour se hisser à ce niveau de la compétition. Ainsi, à la suite du Sénégal qui est venu, la veille, à bout d’une valeureuse équipe du Burkina Faso par 3 buts à 1, les Pharaons d’Egypte ont dompté les Lions indomptables du Cameroun dans leur tanière, sur le score de 3 buts à 1 à l’issue des tirs aux buts, en deuxième demi-finale de la CAN Cameroun 2021 disputée le 3 février 2022 au stade Paul Biya d’Olembé. Un véritable exploit dans une confrontation qui s’annonce comme une véritable finale avant la lettre entre deux équipes qui, en plus d’être les plus titrées du continent avec respectivement sept et cinq couronnes, sont de vieilles connaissances que le sort a souvent placées l ‘un sur le parcours de l’autre au dernier stade de la compétition. C’est dire si bien avant le coup d’envoi, le planait sur cette rencontre décisive, un parfum de retrouvailles sur fond de revanche entre deux formations qui totalisent entre elles trois finales de CAN dont deux remportées par les Pharaons. Aux tirs au but (5-4) devant leur public en 1986 au stade international du Caire, et en 2008 (4-2) au Ohene Stadium d’Accra pour ce qui constituait leur 6ème titre continental. Quant aux Camerounais, ils se paieront le scalp des Egyptiens en 2017 (2-1) à Libreville au Gabon, pour s’offrir leur cinquième titre africain.

A partir de 1972, le trophée de la CAN restera au Cameroun

Avec la rencontre d’hier, l’occasion était belle pour les protégés du coach Toni Conceiçao de remettre les pendules à l’heure en contestant la suprématie d’un adversaire qui passe, à bien des jugés, pour être sa bête noire dans cette concurrence. Mais Vincent Aboubacar et ses camarades ne parviendront pas à vaincre le signe indien, face à des Egyptiens emmenés par un Mohamed Salah des grands jours. Une victoire qui ouvre certes la perspective d’une huitième consécration continentale qui a vaincu des Pharaons, les maîtres absolus du football africain. Mais qui vient en même temps briser le rêve des Lions indomptables du Cameroun de remporter le trophée tant convoité de la compétition, à domicile, devant leur public. Ainsi donc, comme en 1972, le trophée de la CAN ne reste pas au Cameroun. Corn Vincent Aboubacar et ses camarades n’ont pas démérité. Car, ils auront montré de la faim et de l’envie tout au long de cette rencontre qui est longtemps restée indécise.

À l’heure actuelle, le ne reste plus aux Lions indomptables qu’à chercher à se consoler avec la médaille de bronze dans la petite finale qui a été ramenée au samedi 5 février prochain, ne serait-ce que pour leur public ; question de terminer la compétition sur une note positive. Ce sera face au Burkina Faso, au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, pour un remake du match d’ouverture. Reste à espérer que cette douche froide perdue par les Pharaons à tout un peuple, ne réfrénera pas la ferveur du public camerounais ici a soutenu à bout de bras son équipe depuis le début de la compétition.

Outélé KEITA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.