Aller au contenu

Accusé d’être actionnaire d’Orange Côte d’Ivoire, Jean-Louis Billon se défend

Face au mécontentement des consommateurs ivoiriens face à l’augmentation du coût des crédits data internet, Jean-Louis Billon, que beaucoup ont accusé de se taire parce qu’il est actionnaire d’Orange Côte d’Ivoire, a fini par réagir. Dans une auto-interview publiée sur sa page Facebook, l’un des prétendants à la présidence de la République lors de la présidentielle de 2025 a tenté de se défendre. Lisons ensemble son point de vue sur la crise des données.

Jean-Louis Billon explique la crise des données : « J’ai toujours privilégié l’intérêt collectif dans ma façon de travailler et c’est toujours d’actualité »

Journaliste Tanny Hervé : Bonjour Monsieur Billon, L’actualité est marquée par une polémique sur l’augmentation du coût de la data en Côte d’Ivoire. Divers acteurs de la vie politique et économique se sont exprimés sur le sujet. Votre réaction semble attendue, pourquoi n’avez-vous pas encore parlé ?!

Jean-Louis Billon : Écoutez, je commencerai par vous assurer que je ne me tais pas. Il est très louable que cette question ait été soulevée et diffusée avec un grand soutien des médias, mais cela crée également beaucoup d’opportunisme sur cette question. Quant à moi, je suis président de la commission des affaires sociales et culturelles de l’Assemblée nationale, à ce titre, il m’a été demandé d’écouter les structures impliquées dans la chaîne de valeur des télécommunications en Côte d’Ivoire, pour mieux comprendre les détails de cette situation .

Je pense qu’il serait contraire à l’éthique dans cette position de partir avant de les avoir entendus en premier.

Journaliste Tanny Hervé : Certains sont tentés de croire que votre silence est dû au fait que vous avez des intérêts personnels en tant qu’actionnaire d’Orange Côte d’Ivoire.

Jean-Louis Billon : (rires !)

C’est un test d’intention, qu’il préfère me faire sourire. Vous savez, il y a 20 ans, lorsque j’ai commencé mon mandat de président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire, l’une de mes premières actions a été de militer contre la vie chère auprès des différentes autorités.

Sur la question des coûts élevés d’Internet en CI, j’ai envoyé une lettre au ministre des NTIC de l’époque, feu Premier ministre Hamed BAKAYOKO, lui demandant de promouvoir la réduction des coûts, qui semblaient prohibitifs en Côte d’Ivoire. Ivoire. Ces montants ont paradoxalement été estimés jusqu’à 40 fois plus chers que pratiqués en Occident. Mais à cette époque, j’étais déjà actionnaire d’Orange Côte d’Ivoire.

J’ai toujours privilégié l’intérêt collectif dans ma façon de travailler et c’est toujours d’actualité aujourd’hui. Mes positions ont toujours été guidées par cette vision et cela ne changera pas. Ceux qui me suivent depuis un certain temps savent que j’ai toujours lutté contre la vie chère, contre les monopoles et les abus de position dominante et pour une plus grande compétitivité de notre économie. Je peux vous assurer qu’internet n’est pas exclu de ma démarche.

Le débat se tiendra dans l’hémicycle avec tous les acteurs de la téléphonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *