La récente nomination de l’ancien ministre Ahoua Don Mello, en tant que responsable de la mise en œuvre du PPA-CI en Afrique et de la promotion du panafricanisme, a fait l’objet d’une analyse du politologue Sylvain N’guessan. Dans sa contribution, le politologue juge ridicules les nouvelles spécifications de l’exil politique exilé, estimant qu’il est « prétentieux et euphorique » d’imaginer des cadres de PPA-CI voyager à travers l’Afrique expliquant le panafricanisme à d’autres États.

Sylvain N’guessan : « Si on voulait donner du contenu à la place d’Ahoua Don Mello, il fallait impliquer les relations extérieures, la coopération, l’intégration africaine ».

Nous poursuivons nos discussions sur la récente nomination d’Ahoua Don Mello. Examinons le fondement de l’analyse sans l’insulter. D’ici là, l’argument fondamental qui m’oppose est le suivant : « ADM serait l’ambassadeur du PPA-CI dans les Etats africains ». Cette hypothèse ne résiste pas à l’analyse. Une fête ivoirienne est une entreprise. Ivoiriens. Le PPA-CI n’aura que des Ivoiriens comme membres. Il est prétentieux et exalté d’imaginer que les dirigeants de PPA-CI parcourent l’Afrique pour expliquer le panafricanisme à d’autres États. « ils ont fait un test du CAMES pour les experts panafricains auquel seuls les dirigeants du PPA-CI auraient été reçus… Sinon qu’est-ce qui légitimerait une telle attitude ? Faisons le SWOT de ce poste politique….

Points forts : ADM est un cadre brillant qui a fait ses preuves. Ses proches l’ont surnommé « bois de manioc » en raison de sa capacité à s’adapter et à prospérer dans divers contextes. Il pourrait alors voyager à travers les pays africains où il y a des Ivoiriens pour leur parler du PPA-CI et du panafricanisme. Point faible : cadre de l’opposition, quel sort peuvent réserver les partis présidentiels africains à un parti opposé à l’un des leaders de l’Union des chefs d’Etat ? Pourquoi devraient-ils le recevoir ? Pour recevoir des cours de panafricanisme ?

Opportunité : Certains disent qu’il pourrait faire le tour du monde. Ce n’est pas nouveau pour lui. Jo’Burg, Abuja, Le Caire, Rabat…. L’homme y a ses entrées. ADM n’est pas un homme d’affaires. Je ne vois pas d’opportunité ; ni pour lui encore moins pour un PPA-CI abandonné hier par l’union des chefs d’Etat africains au profit de son adversaire ! Menaces : L’ADM, en effet, devra être oublié au profit des 2 managers que les décideurs du PPA-CI ont décidé de promouvoir ; l’un au service de l’autre. Sa position vise à peine 0,30 % de l’électorat ivoirien. Ses nouvelles spécifications frisent le ridicule. Il faut imaginer une peinture ivoirienne traversant les capitales pour expliquer le panafricanisme aux autres. A quel titre ? Est-ce à dire que le PPA-CI comprend mieux le panafricanisme que les autres Africains ?

En effet, si nous voulions donner un contenu à ce poste, nous devions impliquer les Relations Extérieures, la coopération et l’intégration africaines. C’est une question de prospective, d’intelligence économique. ADM aurait développé l’axe Abidjan-Lagos, Abidjan-Jo’Burg, Abidjan-Nairobi… afin de renforcer la coopération Sud-Sud. Selon l’agence de notation COFACE, la Côte d’Ivoire importe 13 % de ses marchandises du Nigeria alors qu’elle en exporte 5 % vers le Mali. Il y a là matière à Expertise… En matière de suivi de l’action gouvernementale, ADM aurait créé une sorte d’Office de Prospective et de Supervision Stratégique pour définir les contours de la Côte d’Ivoire 2025-2030 à partir du PND actuel.. .. Justement, ce est ce que Don Mello fait pour éviter. Il aurait éclipsé le privilégié Zeus. Les Décideurs Sacrés du PPA-CI ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *