APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – La radio sectaire Al Bayane, qui fête ses vingt ans, est la plus écoutée en Côte d’Ivoire depuis 2013.

Selon le ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Amadou Coulibaly, « Radio Al Bayane a réussi en 20 ans à se hisser au rang des plus écoutées en Côte d’Ivoire depuis 2013 ».

Ce positionnement de cette radio, « un instrument d’éclairage, de formation et d’information », dira-t-il, est dû « à la forte communauté musulmane qui vit en Côte d’Ivoire, mais aussi à la contribution de ce média, à la cohésion sociale, à la fraternité entre les populations qu’elles vivent sur le sol ivoirien ».

« Vingt ans aujourd’hui, votre radio a grandi et contribue de manière dynamique aux influences systémiques et culturelles, permettant à la communauté musulmane d’agir positivement dans un monde où la beauté tient à sa diversité », a déclaré le directeur général de la radio, l’imam Cissé Djiguiba.

Continuant à se développer, Al Bayane est aujourd’hui un vaste réseau avec 26 stations sur toute la Côte d’Ivoire dont sept stations indépendantes, à Abidjan, Gagnoa, Daloa, Tiébissou, Bouaké, Bouna et Korhogo, et 19 stations relais.

Trois autres stations ont été inaugurées en moins de deux mois, a indiqué l’imam Cissé Djiguiba, citant celles d’Agboville, dans la région d’Agneby Tiassa, d’Abengourou, dans la région de Djuablin et de Mankono, dans la région de Béré.

Le groupe comprend un site Internet, une application disponible sur les plateformes numériques et sur divers réseaux sociaux. Elle est également disponible sur les différents satellites pour tous les auditeurs de la diaspora (Amérique, Europe, Asie et Afrique).

Sa chaîne de télévision a commencé ses activités le 12 mai 2020 et est disponible dans plus de 45 pays et bientôt le monde recevra Al Bayane TV, par la grâce de Dieu, a-t-il poursuivi, notant que le groupe compte près de 100 agents.

« Après deux décennies d’existence, nous avons obtenu ces modestes résultats grâce à vous, nos millions d’auditeurs d’ici et d’ailleurs », a-t-il déclaré, ajoutant que « les 20 ans d’Al Bayane marquent l’ouverture officielle de la télévision Al Bayane, la première fille de Radio Al Bayane ».

« En accord avec le Conseil d’Administration, le studio de télévision portera désormais le nom illustre de Cheick Aïma Boikary Fofana et dans cette perspective, le troisième studio de radio d’Al Bayane portera le nom de Cheick Idriss Koudous Koné », a annoncé l’Imam Cissé Djiguiba.

Le groupe ambitionne d’ouvrir d’autres chaînes de télévision thématiques, en plus d’un magazine, une école multimédia internationale et de réaliser d’autres projets structurants pour son renforcement financier.

La Ministre d’Etat, Ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, marraine de la cérémonie, a déclaré que « 20 ans dans la vie d’une radio, c’est un voyage à célébrer et un événement à ne pas négliger. long et difficile ».

Selon Tene Birahima Ouattara, cet événement est avant tout un moment d’évaluation pour le personnel et les auditeurs, les invitant à faire un état des lieux béat de la radio pour un « nouveau départ qui tienne compte des besoins technologiques et sociologiques ».

Mme Kandia Camara, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Diaspora, marraine de l’événement, a profité de l’occasion pour remercier la Oummah islamique en associant son nom à cette commémoration.

Il a dit qu’il se sentait légitimement fier de participer à la célébration des 20 ans de la radio Al Bayane qui, pendant deux décennies, a été la voix de l’Islam. Une chaîne qui fait partie du quotidien des fidèles musulmans et qui garde leur foi.

« Dans un moment de radicalisme néfaste et d’extrémisme condamnable, Al Bayane a montré le vrai visage de l’Islam : paix, amour, dévotion totale au créateur Allah », a déclaré le chef de la diplomatie ivoirienne.

Le 11 novembre 2001, après plusieurs années d’attente, la communauté musulmane acquiert sa radio. Elle se veut vecteur de paix, de fraternité et de cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

AP / ls / APA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *