SICOGI change de nom pour devenir ANHA. Cette décision prise ce mercredi au Conseil des ministres intervient alors que cette entreprise publique est frappée par un scandale de malversations financières.

Maintenant ANHA, SICOGI va-t-il changer ?

Sous la pression des partenaires économiques étrangers, notamment la France et les États-Unis, les autorités ivoiriennes ont lancé un vaste audit des entreprises publiques. Ces contrôles financiers ont permis de démasquer les malversations financières excessives.

Le président Alassane Ouattara a alors donné des « instructions fermes » à ses salariés pour que cette opération mains propres soit menée à bien et que les PDG, ainsi que leurs salariés corrompus, soient confrontés à leurs responsabilités.

La mise en œuvre de ces instructions a conduit au limogeage de certains PDG et à l’arrestation et l’incarcération de certains dirigeants de ces sociétés anonymes.

Ainsi à la Société Ivoirienne de Marketing et de Gestion Immobilière (SICOGI), six cadres, notamment le Directeur Général Adjoint, le Directeur Administratif et Financier, le Directeur du Territoire, le Chef du Service Technique et Travaux, le Chef du La Direction des Finances et le Caissier, ont été détenus mi-novembre à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) pour détournement de fonds.

A l’issue du Conseil des ministres du mercredi 15 décembre 2021, le gouvernement ivoirien a décidé de changer le nom de cette entreprise publique.

Par ailleurs, dans la série de décrets pris dans le domaine du logement, le troisième concerne « la transformation de la SICOGI en une société d’État dénommée Agence nationale de l’habitat (ANHA) », a indiqué le ministre Amadou Coulibaly, porte-parole. le gouvernement, lors du procès-verbal de la réunion du gouvernement.

Cette nouvelle structure est donc chargée de la mise en œuvre de la politique du logement dans Côte d’Ivoire. Mais ce changement de nom suffira-t-il à la SICOGI pour subir une véritable transformation après tous les scandales qu’elle a parfumés ces dernières années ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *