APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) Depuis début 2022, le gouvernement ivoirien subventionne les prix à la pompe.

La guerre en Ukraine a perturbé le cours du marché des hydrocarbures. Pour amoindrir le choc, les États sont obligés d’appliquer des mesures sociales. En Côte d’Ivoire, « pour chaque litre de gasoil acheté à 615 F CFA, l’État contribue à hauteur de 469 F CFA. La subvention est de 285 F CFA pour chaque litre d’essence super vendu à 735 F CFA », a détaillé le président Alassane Ouattara hier samedi.

Dans son discours à la Nation, à la veille de la fête de l’indépendance, le dirigeant ivoirien a déclaré que les subventions sur les prix des produits pétroliers ont coûté à l’État environ 500 milliards F CFA durant l’année en cours. C’est pourquoi, le prix du carburant en Côte d’Ivoire figure parmi les plus bas dans la sous-région.

En outre, « nous avons temporairement plafonné le prix de plusieurs aliments de première nécessité tels que l’huile de palme raffinée, le sucre, le lait, le riz, la tomate concentrée, la viande de bœuf et les pâtes alimentaires », à indiqué les chefs de l’État ivoirien.

Par ailleurs, le gouvernement entreprend des réformes pour encourager le secteur privé national à investir dans les filières alimentaires, notamment la production de riz, de manioc, de banane plantain, de sorgho, de maïs et de soja.

« Notre objectif est d’atteindre la souveraineté alimentaire, c’est-à-dire de nourrir nos populations essentiellement avec des productions agricoles ivoiriennes et à des prix », à soutenu Alassane Ouattara.

AP / ls / identifiant / APA







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.