Coca-cola, le géant américain des boissons gazeuses, continue de rompre son contrat de distribution avec les brasseries devenues des concurrents. Après Solibra de Côte d’Ivoire et le Burkinabè Brakina, c’est le tour de SABC, le brasseur camerounais, de se voir retirer sa licence d’embouteillement et de distribution.

Coca-cola rompt son contrat avec SABC après les brasseries Solibra et Brakina

Coca-Cola Company semble s’être bien préparée pour lancer cette opération qu’on pourrait appeler « tempête gazeuse contre World Cola en Afrique » contre le groupe français Castel et ses brasseries devenues des concurrents. Brasseries du Cameroun (SABC) a décidé de lancer au mois de mars dernier un nouveau produit baptisé World Cola. , dont il assure l’embouteillage et la distribution des produits depuis le début des années 60.

Des inquiétudes renforcées par le fait que le nouveau produit proposé par l’entreprise brassicole apparaissent clairement comme un concurrent au Coca-cola, en ceci qu’il présente les mêmes caractéristiques. Près de 2 mois plus tard, le verdict est tombé. Les deux entités vont mettre fin à leur partenariat. Cette décision est valable pour toutes les filiales du groupe Castel chargées de l’embouteillage et de la distribution des produits de la société basée à Atlanta, déployées dans des pays tels que : le Burkina Faso, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, maïs également l’Egypte. Le Groupe SABC n’a pas encore rendu public un communiqué pour éclaircir les différents contours de cette séparation.

Cependant sur son site internet, le logo de la marque de soda américaine n’est plus présent tout comme d’autres produits tels que Sprite et Fanta, propriétés de The Coca-Cola Company. Des sources au sein de la SABC contactées par EcoMatin, ont également confirmé la fin du partenariat entre les deux entités. Du côté de Coca-Cola américain, on est également très peu désert sur cette rupture. Le géant mondial du soda annonce néanmoins qu’il procède actuellement à la mise en place d’une politique de consolidation de ses activités en Afrique.

« L’équipe de direction de l’unité opérationnelle africaine de la Compagnie contribue actuellement au remodelage et à la consolidation de la présence de Coca-Cola sur plusieurs marchés, en veillant à ce que les moyens et les investissements sélectionnés soient déployés afin de doubler la mise en matière d’engagements de croissance durable dans les communautés à travers l’Afrique. Ce processus a été lancé en 2020, année où la Compagnia a pris des mesures stratégiques visant à réorganiser le système Coca-Cola pour lui permettre d’appliquer plus efficacement sa stratégie globale d’entreprise de boissons, ce qui a conduit au renforcement de sa présence en Afrique et de sa concentration sur le continent », peut-on lire dans un communiqué publié par l’entreprise américaine.

Fin du partenariat entre les Amériques dans la Compagnie Coca-Cola et le français Castel

1652797845 535 Coca Cola prevoit 150 millions USD pour liberer Castel et ses au 29 septembre 2022

En Côte d’Ivoire, la Société de Limonaderies et Brasseries d’Afrique, filiale de Castel, annonce que ce dernier ne serait plus embouteilleur et distributeur des produits de la société basée à Atlanta. C’est une première annonce dans le cadre d’un processus qui concerne aussi les filiales au Cameroun (SABC), au Burkina-Faso (Brasseries du Burkina), au Sénégal (SOBOA) et la branche Angolaise.

Pour en croire l’Agence Ecofin, ce non-renouvellement de contrat concerne également les partenariats basés en Égypte, selon des informations lues par l’Agence Ecofin. Les conditions de la séparation ne sont pas connues, ni la manière dont Coca-Cola compte se réorganiser. Dans un communiqué de presse publié le 28 avril 2022, sa branche africaine faisait savoir que cette redistribution des cartes répond à la logique de consolidation des activités du groupe dans la région, mais aussi à réadapter son système d’emballages pour le rendre plus respectueux de ses normes de développement durable. Cette stratégie concerne l’Amérique Latine et l’Afrique.

À côté de ces partenariats qui prendront bientôt fin, poursuit notre source, Coca-Cola distribuait aussi en Afrique à travers Coca-Cola Beverage Africa, dont le volume des activités le classerait dans le Top 40 des entreprises cotées en Afrique du Sud. africaine du groupe est Equatorial Coca-Cola Bottling Company. Aucune information ne permet de confirmer si ces dernières ont déjà sollicité des licences d’exploitation sur les pays concernés par la rupture des contrats.

Coca-Cola a évoqué un distributeur d’une trésorerie de 150 millions USD pour acquérir ou construire de nouvelles unités d’embouteillage et de préparation des boissons. Mais il trouvera dans des pays comme la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Cameroun, un groupe Castel bien répandu et leader sur chacun de ces marchés. D’un autre côté, l’intéressant de voir comment réagiront les consommateurs aux nouvelles propositions sous le label World Cola.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.