APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – Seuls cinq millions de personnes ont été enrôlées dans les centres d’état civil sur un objectif de onze millions.

L’Office national de l’état civil et de l’identification (Oneci) de Côte d’Ivoire a mis en place un « nouveau cadre de collaboration » avec les prestataires car, les contrats des agents d’enrôlement temporaires sont arrivés à expiration le 31 juillet 2022. Ces derniers ont été recrutés pour six mois à approche de la date butoir du 31 mars dernier, dates d’expiration des Cartes nationales d’identité (CNI) de 2009, pour faire face à affluence dans les centres.

Le directeur autonome des ressources humaines et des affaires juridiques de l’Oneci, Lossonzana Coulibaly annonce, dans un communiqué reçu à APA, qu' »à la faveur de la redynamisation des activités d’enrôlement, des dispositions sont prises par la direction générale afin d’établir un nouveau cadre de collaboration ».

La direction générale de l’Oneci a ici décidé de maintenir les centres d’enrôlement sur toute l’étendue du territoire, a établi de nouvelles dispositions qui ont trait à la rémunération des prestataires.

La rémunération des prestataires est constituée par une rémunération fixe correspondant au salaire interprofessionnel guaranties (SMIG) et une autre qui est variable adossée à la performance des prestataires dans les centres.

L’affluence exceptionnelle dans les centres étant maîtrisée et le rythme stabilisé opérationnel, l’Oneci est une entreprise d’ajustement de sa stratégie en fonction de nouveaux critères de performance.

Pour éviter que les agents d’enrôlement ne se retrouvent au chômage, l’Oneci a décidé de leur proposer un nouveau contrat, avec une rémunération composée d’une part fixe et d’une part variable alignée sur des objectifs de performances (100 frs / inscription et 50 frs / distribution).

AP / ls / te / APA







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.