Aller au contenu

Guillaume Soro fait appel à Ouattara pour s’excuser

La situation des soldats ivoiriens détenus au Mali n’est pas encore résolue. Guillaume Soroancien Premier ministre de la Côte d’Ivoire, un livre sa solution pour ramener les militaires ivoiriens dans leur pays.

Crise Côte d’Ivoire-Mali : les femmes de Guillaume Soro savent se positionner

Courant juillet 2022, 49 militaires ivoiriens ont été arrêtés dès leur arrivée au Mali. Même si les trois femmes faisant partie de ce contingent ont été libérées, 46 autres soldats restent emprisonnés à Bamako. Malgré l’appel de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) et des Nations unies, les autorités maliennes, à leur Assimi Goïta, refusent d’accorder la liberté aux militaires.

Dans un communiqué, Guillaume Soro, en exil depuis trois ans, a reconnu que dans ce dossier, « un seul mot de travers » de sa part et « ce sera une nouvelle condamnation à perpétuité ». Cependant, pressé par ses compatriotes, le fondateur de GPS (Générations et peuplesolidires) a fait connaitre sa posture.

Guillaume Soro est convaincu que seule la diplomatie permet de résoudre la crise entre la Côte d’Ivoire et le Mali. « Ni menace de sanctions économiques ni menaces dell’Invention militaire » n’apporteront de solution, à-il fait savoir.

« La vie de ces pères de famille ne doit pas être un enjeu d’ego personnel ni une variable de politique interne. Il ne faut pas ruser avec la liberté de nos soldats. Il n’y a pas d’échappatoire : il faut s « excuser sincèrement, honnêtement, regretter ce qui s’est passé, donner des gages de confiance. Et nos soldats retrouveront leurs familles et fêteront la fin de l’année avec leurs proches », selon l’ancien député de Ferké.

Lors de la 77e Assemblée générale des Nations unies à New York, le colonel Abdoulaye Maïga a tenu un discours virulent contre Alassane Ouattara. Les Premiers ministres par intérim du Mali ont laissé entendre que ces soldats ivoiriens présents sur le sol malien sont bel et bien des mercenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *