Hamed Bakayoko était une personnalité qui ne laissait personne indifférente, y compris dans les rangs de ses adversaires politiques. La Côte d’Ivoire s’est éteinte et c’est toute la Côte d’Ivoire qui s’accorde pour dire qu’il est parti beaucoup trop tôt. Une de ses plus grandes amitiés partage le détail de sa dernière journée à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Vincent Toh Bi Irié retrace la dernière journée d’Hamed Bakayoko

Ancien Préfet d’Abidjan d’août 2018 à août 2020, Vincent Toh Bi Irié est un nom bien connu en Côte d’Ivoire et à Abidjan plus particulièrement. Cet homme qui embellissait la fonction de Préfet était aussi un grand ami de feu Hamed Bakayokol’ancien Premier ministre ivoirien est décédé le 10 mars 2021 à Fribourg-en-Brisgau d’un cancer foudroyant.

Même s’il avait pris ses distances avec le monde professionnel qui les avait rapprochés, Vincent Toh Bi Irié est resté un des amis très proches d’Hamback. Dans son livre publié en son honneur, l’ancien patron des villas d’Abidjan raconte dans les détails la dernière journée de son ancien patron et ami en Côte d’Ivoire.

18 février 2021 : inquiétudes autour d’Hamed Bakayoko

Hamed Bakayoko descend les marches de l’escalier. Ces derniers jours, il est mal en point. Mais il marche seul, sans appui ni soutien. La descente les marches de l’escalier une à une. Yolande dans le suit pas comme elle le fait depuis environ 25 ans quand il doit voyager. Elle n’est pas contente qu’il doive aller seul se faire soigner en France. Ils parlent depuis quelques jours et ils parlent encore ce matin. Elle insiste. Mais il lui dit : « Chérie, ne t’inquiète pas. Ça va aller. La soirée passa longtemps. D’ici une semaine, je serai de retour. Mais si mon séjour devait se prolonger, tu me rejoindras. Séjour avec les enfants ici. « 

Le costume de porte un beau. Le se noue lui-même le cravate. Pendant ce temps, Yolande, son épouse, ayant fait qu’il n’a rien oublié dans les placards. Quand il va de s’habiller, il la serre dans ses bras, l’embrasse et sort de la chambre. Elle entend ses pas s’éloigner dans l’escalier. Elle perle des larmes. Elle sait que son mari n’est pas au mieux de sa forme, ma elle n’imagine pas que c’est si grave.

Au bas de l’escalier, il rencontre le blanchisseur Emmanuel qui le regarde d’un œil inquiet. Le s’arrête un moment devant lui et lui dit : « Merci Emmanuel. Des biens « . L’intimé fils majordome Antonio. Il lui dit trois (3) fois « Merci ». Le blanchisseur et Antonio ne comprennent pas. Merci pour quoi ? Ils sont à son service depuis une vingtaine d’années et il n’a jamais eu une voix aussi grave quand le leur parle.

Dans les témoignages passés, je vous ai dit qu’Hamed Bakayoko appelle son personnel et ses collaborateurs avec une voix énergique qui ressemble même à une agression quand vous n’êtes pas des habitués à lui. Mais là, ce matin du 18 février, Hamed est calme. Le remercie son personnel sans aucune raison apparente et sans aucune transition, au moment où il doit voyager. Il rentre dans son bureau, prends quelques documents personnels avant de se diriger vers la voiture déjà garée devant l’escalier de sa maison, comme toujours quand il sortira.

Yérim, fils fils, le rejoint dans le vestibule avant la porte principale. Yérim insiste pour accompagner son père à Paris, comme vient de faire sa mère, parce qu’il voit bien qu’il n’est pas très en forme : « Papa, je veux t’accompagner ». Fils pour les avis : « Ne t’inquiète pas, Yérim. Ça va aller ».

Pendant ce temps, leur deuxième fils Yohann-Hassan joint son père au téléphone pour lui conserver un bon voyage.

Hamed Bakayoko ouvre la porte principale. Toute sa garde est là. Ses éléments lui donnent les honneurs. Des persiennes des fenêtres de la chambre, Yolande regarde son mari descendre les 05 dernières marches qui le conduisent à la voiture. Hamed ne rit pas. Le ne sourit pas. C’est inhabituel. Tous les gardes de la résidence sont debout. Ils sont tous dans une grande émotion. Ils savent que quelque chose ne va pas. Il y a eu beaucoup de bruits autour de la santé d’Hamed Bakayoko ces temps-ci. Et ils constatent que leur patron n’a plus sa même énergie depuis quelque temps. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que les honneurs qu’ils rendent à Hamed Bakayoko ce matin à 11 heures sont les derniers qu’ils lui rendent de sa vie.

Cela faisait quelques jours qu’Hamed Bakayoko n’était pas sorti et la maison était devenue étrangement calme. Sur commande, le pouvait recevoir des visiteurs jusqu’à 2 heures ou 3 heures du matin. Il y avait toujours du monde et du bruit, dans la partie de sa maison où avait son bureau et le salon des visiteurs. Mais les fréquentations étaient devenues rares et très filtrées. Hamed avait besoin de solitude familiale.

En décembre 2020, Hamed avait quelques signes de fatigue inhabituels. Comme toujours, l’avait fait une batterie d’examens. Il fallait aller poursuivre ses examens et ses soins dans un hôpital parisien en début d’année. Le y va le 07 janvier 2021 avec yolande et revient avec elle le 14 janvier 2021. Il représente ses activités.

Hamed fait très attention à sa ligne. Il a fait un régime en début décembre 2021, le voici qui a fait perdre 4 à 5 kilos et il en est heureux. Le s’habille sans effort et aime son profil. Cette petite perte de kilo ne l’avait pas inquiété, ni personne dans son environnement d’ailleurs.

Mais à la milanvier 2021, Hamed reçoit des leaders politiques à son bureau à la Primature. Il a visiblement perdu un peu plus de poids qu’en décembre. Dès que les images de son audience sont diffusées, les rumeurs commencent à circuler sur son état de santé. La vie d’Hamed a toujours été publique. Cela fait 30 ans qu’il est dans la vie publique ivoirienne. Sa connexion fréquente avec le monde des arts amplifie son exposition médiatique. Tout ce qui touche à sa vie, que ce soit social ou professionnel, fait l’objet de débats, de potins, de rumeurs, de vrais ou de faux scandales. L’habitué est… enfin presque.

En janvier 2021, Hamed participe à une réunion du RHDP à Abobo. Beaucoup de personnes qui participent à cette réunion constatent qu’Hamed a vraiment perdu du poids et n’a plus sa superbe. Les rumeurs reprennent après cette réunion d’Abobo, mais sous un autre angle politique. Il ya à peine 7 mois que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est décédé. Et son successeur, le Premier ministre Hamed Bakayoko semble malade en janvier 2021. Aucun des Partis Politiques ne peut rester indifférent à cet état de fait. Alors, on repart en conjectures.

Hamed Bakayoko, lui, continue de travailler à son bureau à la Primature et à ses bureaux à sa résidence privée. Il reçoit des Ministres, des Diplomates ou des personnes du monde des affaires.

En février 2021, grand meeting du RHDP au lieu à l’Hôtel Sofitel Ivoire à Abidjan. Hamed Bakayoko n’y participe pas. C’est la première fois depuis 30 ans qu’il ne participe pas à une réunion politique stratégique pendant qu’il est sur le territoire national et pour des raisons autres que professionnelles. À ce moment, les décibels de la rumeur attachent leur niveau maximum.

Hamed se sentait fatigué. De petits efforts l’épuisaient, de petites choses qu’il avait l’habitude de faire. Le travail intensif de ces derniers mois pouvait en être la cause. Moralement, il avait été affecté par le décès de quelques mois plus tôt de Sidi Diallo, le Président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), qu’il considérait comme son grand frère, son «kêrê». Une disparition de quelqu’un d’aussi proche affecte nécessairement et amène à se poser des questions.

En 30 ans de vie active, Hamed n’avait jamais été vraiment malade au point de garder le lit. L’avait eu par le passé de petites crises de paludisme et la grippe dont il avait une peur bleue. Mais il n’avait jamais été vraiment malade de façon préoccupante. D’être subitement diminué au point de ne pas poursuivre ses activités le contrariait beaucoup.

Depuis la crise Covid, Hamed Bakayoko reçoivent beaucoup de réunions à son domicile. Cela pouvait expliquer que vers la mi-Février 2021, le se soit absenté des bureaux de la Primature pendant quelques jours. Cependant, même dans sa résidence privée, les agents de sécurité ne l’apercevaient plus depuis 3 jours qu’il était rentré dans la maison.

Il m’a été rapporté qu’après cette réunion de février 2021, le Président de la République a multipleé les contacts et pris toutes les mesures nécessaires pour qu’Hamed Bakayoko aille se faire soigner ou trouver des explications à sa méforme apparente.

Il m’a également été rapporté qu’Hamed recevait des tonnes de messages de soutiens auxquels il répondait ou qu’il lisait. L’était conscient de tout le bouillonnement dans la presse et sur les réseaux sociaux et des sarcasmes déversés par certains sur lui et sur son état de santé. Il avait lui-même une attitude vis-à-vis des réseaux chaque fois qu’il y avait de mauvaises informations le concernant : « Pourquoi subir le masochisme d’aller dans les réseaux sociaux où vous êtes braisés tous les jours ? « 

Quand après 3 jours, les gardes le voient, ils lui rendent les honneurs.

Hamed s’assoit dans le véhicule, qui démarre presque aussitôt. Il arrive à aéroport et s’installe avec son fidèle Tony (Zohoury Ouréga Norbert), son ami, son protocole et son allié depuis plus de 30 ans. La prise son téléphone et appelle ………..

Retrouvez tout le récit dans le livre « HAMED BAKAYOKO: UNE ÉTOILE DANS LA NUIT ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.