L’affaire du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire fait appel à Interpol. L’organisation non gouvernementale a décidé d’apporter son soutien aux autorités ivoiriennes dans la lutte pour le démantèlement de ce vaste réseau.

Trafic de cocaïne : Interpol contribue à son soutien à la Côte d’Ivoire

Une affaire de trafic de cocaïne secoue actuellement la Côte d’Ivoire. Après la découverte de deux tonnes de drogue, le ya près de deux mois, des personnalités ont été mises aux arrêts. Les s’agitent notamment de Hussein Taan, patron de la chaîne de pâtisserie Des gâteaux et du pain, Richard Ghorayeb, à la tête d’une société exerçant dans le domaine du transport de produits pétroliers. Dominique Amata, directeur d’une société de sécurité, les chefs de la police criminelle de San Pedro et le directeur régional de San Pedro de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) ont également été interpellés.

En apprenant auprès de Jeune Afrique qu’Interpol est disposé à accompagner les autorités ivoiriennes dans la lutte pour le démantèlement de ce vaste réseau de trafic de cocaïne. En effet, les magazines panafricains relancent que Jurgen Stock a échangé avec Youssouf Kouyaté début juin. Le secrétaire général d’Interpol à la tête de la Police nationale que ses services sont prêts à collaborer avec la Côte d’Ivoire.

Il ne faut pas s’étonner de voir Interpol mis à la disposition des enquêteurs ivoiriens des moyens humains et technologiques. En outre Jeune Afrique écrit qu’à la suite de la fuite de trois suspects hors de la Côte d’Ivoire, le gouvernement n’a pas hésité à solliciter les services d’Interpol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.