Depuis sa libération, Alain Lobognon est déchiré par les proches de Guillaume Kigbafori Soro. Lorsque l’ancien député Fresco s’est engagé à réconcilier Alassane Ouattara et le fondateur de GPS (Generazioni e Popoli Solidali), il a été tué par des soroistes. Avec le recul, l’ancien ministre des Sports avoue avoir tout compris.

Alain Lobognon : « Maintenant je sais tout »

Alain Lobognon est un proche de Guillaume Soro qui a été interpellé le 23 décembre 2019 au siège de Générations et Peuples Solidaires (GPS). Les soroistes étaient réunis pour accueillir leur chef qui revenait d’Europe après un séjour de plusieurs mois.

L’ancien député de Fresco a passé de longs mois derrière les barreaux avant d’être libéré le mercredi 23 juin 2021. A sa libération, l’ancien ministre des Sports a affiché son engagement « à faire baisser les tensions et mettre fin aux différends entre le chef de l’Etat – Président de la République, M. Alassane Ouattara et M. Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, son fils ».

Alain Lobognon est allé plus loin en soulignant que de nouvelles perspectives s’ouvrent désormais pour donner une chance à la paix sociale et politique en Côte d’Ivoire. Il a également invité la classe politique à une catharsis nationale pour garantir aux prochaines générations une nation forte engagée dans le développement et la prospérité.

Franklin Nyamsi, conseiller de Guillaume Soro, a rapidement reformulé Alain Lobognon. « Être prisonnier politique ne donne à personne le droit de trahir ses convictions et d’essayer de manipuler l’opinion publique pour cacher ses compromis. Il faut avoir le plus grand courage de trahir ouvertement au lieu d’improviser comme un pseudo-médiateur. se connaître, bye », a répondu l’écrivain camerounais.

Dans un tweet évocateur sur l’amitié, la compagne d’Amira Lobognon fait doucement virevolter ses anciens catcheurs. « L’Ami est fidèle. Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau dans votre vie comme dans la sienne, celui que vous considérez comme votre ami doit vous rester fidèle », a écrit le mentor de Jean-Paul Beugrefoh.

« En 19 ans j’ai donné mon Amitié. En retour je n’ai collecté que méchanceté, calomnie et torpilles. Maintenant je sais TOUT », conclut Lobognon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.