Aller au contenu

La Côte d’Ivoire est prête à participer au prochain CMEPPE

En vue d’assurer une bonne participation de la Côte d’Ivoire à la deuxième Conférence mondiale sur l’éducation et la protection de la petite enfance (CMEPPE), le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, à travers la Commission nationale ivoirienne pour l’UNESCO, organisée du 19 au 21 octobre 2022, un séminaire à Agboville.

UNESCO- CMEPPE : La Côte d’Ivoire se prépare pour la 2e Conférence mondiale sur l’EPPE

L’objectif est d’élaborer un document de référence pour une meilleure prise en charge de l’éducation et la protection de la petite enfance en Côte d’Ivoire et de créer un outil permanent pour faciliter une bonne collaboration entre les acteurs de l’EPPE.

« Nous avons décidé de réunir tous les acteurs de la petite enfance à Agboville autour d’une table ronde pour élaborer un document-pays. Et ce, en prélude de la prochaine CMEPPE ici si vous vous retrouvez en novembre prochain en Ouzbékistan. Ledit document sera remis au chef de délégation, qui est madame le ministre de l’Éducation nationale. Aussi, cela nous permet de mettre en place une plateforme nationale des actions de tous les ministères techniques, ici interviennent dans le domaine de la petite enfance. Plusieurs études ont démontré que, la prise en charge précoce de l’enfant lui assure une éducation de qualité. Ce voilà qu’il permettra à l’âge adulte, de relever tous les défis de développement socio-économique de son pays », a indiqué le prof. N’Golo Aboudou Soro, secrétaire général de la Commission nationale ivoirienne pour l’UNESCO, à l’issue de la première journée.

Le CMEPPE se déroulera du 14 au 16 novembre 2022, à Tachkent, en Ouzbékistan. Cette conférence intergouvernementale organisée par l’UNESCO, et à laquelle la Côte d’Ivoire participera, a pour thème : « Un investissement précoce pour un meilleur apprentissage et un avenir plus brillant ».

Elle vise à renforcer la dynamique politique autour de la protection et de l’éducation de la petite enfance en appelant les gouvernements et leurs partenaires du monde entier à renouveler leurs engagements en faveur de l’EPPE.

Représentant le prof. Mariatou Koné, ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, Souleymane Koné a réaffirmé l’engagement du gouvernement à permre à tous les enfants d’avoir des soins et une éducation de qualité.

« L’enjeu de notre participation à la Conférence de Tachkent, est de faire entendre la voix de la Côte d’Ivoire dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), plus précisément en point cible 4.2 stipule ici l’accès à une éducation de qualité, inclusive et des soins de santé et l’apprentissage tout au long de la vie pour tous les enfants. C’est en substance, toute la thématique que recouvre l’éducation et la protection de la petite enfance », a insisté le conseiller technique.

Au total, 25 participants issus des ministères et structures de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation ; de la Femme, de la Famille et de l’Enfant et de l’Emploi et des Affaires sociales, ont pris part à cet atelier financé par le Conseil national pour la nutrition, l’alimentation et le développement de la petite enfance (CONNAPE) .

Inclusion, qualité et bien-être; main-d’œuvre et personnel de l’EPPE ; innovation du programme et financement, politique et gouvernance, sont les 4 modules autour ont porté les 3 jours de séminaire.

Rencontre ici à enregistré l’intervention en visio-conférence depuis Paris, de prof. Bakayoko Ly Ramata, déléguée permanente de la République de Côte d’Ivoire auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Tizié TO Bi

Correspondant régional.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *