APA-Grand-Bassam (Côte d’Ivoire) – L’Etat de Côte d’Ivoire entend diffuser la « science ouverte », concept visant à favoriser le « libre accès » aux données et résultats scientifiques.

Dans ce cadre, un séminaire sur ce concept a été organisé mardi à Grand-Bassam, station balnéaire située à 40 km au sud-est d’Abidjan, par le Fonds pour la science, la technologie et l’innovation (FONSTI).

Selon Yaya Sangaré, secrétaire général de Fonsti, la science ouverte est une nouvelle forme de pratique scientifique, qui permet aux informations, données et résultats scientifiques d’être plus facilement accessibles et fiables avec l’engagement de toute la société.

En permettant « un accès libre et sans entrave » aux résultats de la recherche scientifique, la science ouverte vise à démocratiser l’accès au savoir, accroître l’efficacité de la recherche et rendre visible son impact, a déclaré M Yaya Sangaré.

« Le but ultime est donc de favoriser la production de connaissances, en refusant de réduire la science à la concurrence et l’avancement professionnel des scientifiques », a ajouté M. Sangaré, également secrétaire exécutif du Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique (Pasres).

L’utilité pratique de la science ouverte dépend largement du transfert des données scientifiques, des résultats et des technologies aux utilisateurs économiques et sociaux qui en sont les bénéficiaires finaux.

Le représentant du ministre ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Djakalia Ouattara, s’est félicité de ce nouveau paradigme qui doit être perçu comme un puissant levier de diffusion de la recherche scientifique.

Cette approche des relations entre science et société induit un changement de pratiques, d’habitudes et de nouvelles compétences dans le sens d’une science plus collaborative, participative et interdisciplinaire.

AP / ls / APA







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.