L’ex-chef de l’État ivoirien, Laurent Gbagbo, devrait sans surprise être le candidat du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) à l’élection présidentielle de 2025.

Laurent Gbagbo, candidat en 2025 ? Hubert Oulaye (PPA-CI) si prononcé

Laurent Gbagbo, revenu d’exil le 17 juin 2021, pourrait être le candidat du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire, à la présidentielle d’octobre 2025. Hubert Oulaï, président exécutif du parti fondé en octobre 202, a réitéré, jeudi 27 janvier 2022 dans un entretien télé diffusé sur Life TV.

« En 2025, notre champion, c’est le président Laurent Gbagbo. C’est lui que nous voulons, c’est lui que les Ivoiriens veulent. Il a un programme bien défini pour le bonheur des Ivoiriens », a déclaré l’ancien ministre de la Fonction publique.

La question de la candidature ou non de l’ex-président ivoirien, à cette élection, faut-il le souligner, est un sujet qui revient toujours en Côte d’Ivoire. Les partisans de l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen, favorables à la candidature de leur champion, sont formellement opposés au projet de modification constitutionnelle réintroduisant la limite d’âge à 75 ans pour briguer la présidence.

En septembre 2021, Damana Adia Pickass, un des inconditionnels de l’époux de Simone Ehivet, était monté au créneau pour dénoncer une telle mesure qui, si elle était à être appliquée, supprimerait de facto votre candidature du président Alassane Ouattara comme celles d’Henri Konan Bédié et de Laurent Gbagbo. « C’est antidémocratique et c’est un argument politique », arguait-il.

Pour cet ancien exilé politique, « aucun citoyen, fut-il le Président de la République, ne peut décréter le changement de génération ». «C’est le peuple souverain qui peut décréter le changement de génération à travers le vote qu’il porte devant tous les candidats. Il ne faut pas donner l’Impression que dans ce pays, il y a une guerre de générations. Et, on n’a empêché aucun jeune de se présenter aux élections présidentielles », insiste Damana Pickass.

À l’opposition, Pascal Affi N’guessan du Front populaire ivoirien (FPI), ou encore Jean-Louis Billon du PDCI, penchent plutôt pour une génération. La limite d’âge à 75 ans pour se présenter à l’élection présidentielle, était en vigueur avant d’être supprimée à la faveur d’une réforme récente de la Constitution sous le Président Ouattara. Le projet de loi à venir indiqué devrait passer sur la table des députés les semaines à.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.