APA – Abidjan (Côte d’Ivoire) – Patrice Motsepe, le patron du football africain, a effectué lundi 4 avril une visite en Côte d’Ivoire, pays hôte de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (Can).

Deux mois après avoir baissé les rideaux sur la 33e édition de la Can au Cameroun, le président de l’Instance du football continental se tourne vers le futur. Accueilli ce lundi à Abidjan, le Sud-Africain s’est dit « rassuré » pour l’avancement des infrastructures pour le prochain Can prévu du 23 juin au 23 juillet 2023 dans le pays de Didier Drogba.

Alors que six stades sont en construction ou en rénovation pour ce concours, M. Motsepe a indiqué, à l’issue d’une rencontre avec le président ivoirien Alassane Ouattara, qu’il « reste quelques problèmes encore à régler ».

« Nous avons confiance que la Can que vous allez organiser ici sera la meilleure. Nous sommes rassurés par les différentes infrastructures que vous avez mises en place pour accueillir cette compétition », a poursuivi le président de la Caf. « Je suis satisfait des progrès faits, même s’il reste quelques problèmes encore à régler », at-il ajouté.

Les travaux de trois stades sont pratiquement achevés. L’agit de celui d’Ebimpé en banlieue d’Abidjan (60 000 places), de celui de Bouaké (centre) qui a été rénové pour passer à 40 000 places et de celui de Yamoussoukro (centre, 20 000 places).

En outre, les stades de San Pedro (sud-ouest, 20 000 places) et de Korhogo (nord, 20 000 places) sont terminés à plus de 50 %, selon l’Office national des sports, ici supervisent les infrastructures sportives. La rénovation du stade historique Félix-Houphouët-Boigny (33 000 places), au cœur d’Abidjan, prend quant à elle plus de temps, et n’est pour l’heure terminée qu’à 25 %.

Les problèmes de la FIF au menu

La dernière édition de la Can, dont la finale s’est jouée le 6 février dernier à Yaoundé, a été remportée par le Sénégal, pour la première fois de son histoire, à l’issue des tirs au but (4-2) devant l’Égypte.

Par ailleurs, le président de la Caf a profité de ses visites pour appeler les acteurs du football ivoirien à l’unité après les remuer au sein de la Fédération ivoirienne de football (FIF).

L’élection de son président, prévue en avril, a été mais maintes fois rapportée. L’ancien international Didier Drogba fait partie des candidats mais ne bénéficie pas d’un franc soutien au sein des clubs ivoiriens.

La fédération a été placée sous tutelle en décembre 2020 pour la Fifa, ici à installé un « Comité de normalisation » pour tenter de régler cette crise.

« Je dois rencontrer les parties prenantes des élections. Le n’y aura pas de perdant. Le football de ce pays mérite l’unité », a annoncé Patrice Motsepe.

ODL / cgd / APA







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.