Aller au contenu

Le théâtre, une arme contre l’extrémisme violent

Mercredi 1er février 2023, Waraniéné (un village situé à 4 km à l’ouest de Korhogo dans le nord de la Côte d’Ivoire) a accueilli un événement insolite. Il s’agit d’une représentation théâtrale participative pour favoriser la cohésion entre les communautés, une arme pour prévenir l’extrémisme violent dans la région. C’est une initiative de l’Institut National Démocratique de Côte d’Ivoire (NDI) mise en œuvre par une compagnie théâtrale composée de jeunes de Korhogo, formés et accompagnés par NDI.

Côte d’Ivoire-Extrémisme violent : théâtre pour renforcer la résilience des populations

Depuis 1980, des désaccords persistent entre les deux communautés présentes à Waraniéné, notamment les Malinké et les Sénoufo, lors des élections municipales. Au fil des années, ils se sont aggravés avec des conflits parfois meurtriers.

Aujourd’hui, le village a deux chefs, un pour chaque communauté, et des conflits fonciers font leur apparition. « Une situation qui peut être dangereuse si elle perdure, d’autant que l’extrémisme violent frappe aux portes du nord de la Côte d’Ivoire. Waraniéné n’est qu’à une centaine de kilomètres des frontières avec le Burkina Faso et le Mali, qui sont déjà touchés par le phénomène », a déclaré Bamba Moussa, chef du bureau du NDI à Korhogo. C’est ce qui justifie la représentation théâtrale.

Dans l’après-midi du mercredi 1er février 2023, sur la place de la ville, la troupe de l’AEJT a mimé une situation quotidienne. Une dispute avec un nouveau venu que personne ne connaît. Mais en raison des divisions déjà existantes, des mauvaises intentions du nouveau venu et de l’appât du gain, la sécurité du village est en danger. Ceci est suivi d’une discussion ouverte avec les villageois sur les comportements à risque évoqués dans la pièce. Après près d’une heure de discussions, les populations, conduites par leurs chefs habituels, affirment qu’elles comprennent désormais la nécessité de vivre ensemble en paix.

Comme à Waraniéné, le théâtre participatif est utilisé comme moyen de sensibilisation et d’implication des populations de Ouangolo, Tengréla et M’Bengué, dans le cadre du Programme ivoirien de transition et d’inclusion financé par l’USAID.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *