L’influenceuse Aya Robert a réagi aux récentes publications du pasteur Camille Makosso après son voyage controversé au Cameroun, à l’invitation du président de la Fécafoot Samuel Eto’o.

De retour d’un voyage controversé au Cameroun, Makosso fustige les Ivoiriens, la colère d’Aya Robert

Les dernières sorties de Camille Makosso sur Eto’o et les Camerounais ont déferlé sur la toile après sa visite au pays de Paul Biya pour apaiser les tensions entre supporters ivoiriens et Lions indomptables. Le pasteur et influenceur du web, accusé de mendicité et d’escroquerie par les frères ivoiriens, a expliqué comment il avait été invité au Cameroun par Samuel Eto’o, non sans égratigner l’honneur et la fierté de ses compatriotes ivoiriens.

 » La Côte d’Ivoire n’est plus en compétition et vous vous plaignez que je supporte une équipe toujours en compétition dans laquelle je me retrouve dans leur état d’esprit ? L’argent que tu me donnes tous les mois là-bas, ça le bloque. Suis-je responsable devant qui ? Sommes-nous en guerre avec le Cameroun ? Le Cameroun, en tant que nation, a tué qui ou frappé qui ? Si le chômage vous fatigue, reforgez votre esprit au travail. Dans ce monde dur, avez-vous le temps de haïr et de garder rancune là où votre pays ne vous voit même pas ? Guerre Facebook ? Tu es vraiment perdu  », a dénoncé Makosso Camille sur sa page Facebook.

Puis d’ajouter :  »J’aime le Cameroun qui est l’un des pays qui m’a le plus honoré dans ma vie alors que mon propre pays m’a souvent rejeté et dénigré. Un malade mental, dans sa folie, marche sur notre chemise et on me demande de combattre tout un pays. Puisque l’acte d’un damné engage un pays. Je décide de réparer ce dont j’étais moi-même l’une des causes et tu es en colère contre moi. Je suis un Ivoirien patriote mais l’esprit léonin du Cameroun m’oblige à ne jamais baisser les bras. Merci le Cameroun pour cet amour et ton pardon quand mes mots te blessent.

Une sortie qui n’a pas du tout plu à Aya Robert, qui s’en est prise à Camille Makosso également punie par l’activiste ivoiro-libanais Hayek Hassan. « Makosso, tu es allé au Cameroun pour demander pardon. C’est ce qui est juste. Mais Makosso tu as fait du mal aux Ivoiriens en allant demander ton pardon. Vous avez dit quelque chose qui a choqué et blessé les Ivoiriens. Je ne sais pas si tu voulais être drôle, mais ce que tu as dit là-bas, être dans leur pays, nous a fait mal », a déclaré Aya Robert basée en France.

« Mais pourquoi cette paix que tu es allé faire avec les Camerounais là-bas, tu ne l’as pas faite aussi avec les Ivoiriens, hein Makosso ? », a demandé l’influenceur. Si les Ivoiriens ne t’aimaient pas, on t’a laissé dans ton crime hein. Car franchement, c’est toi et le grand b… (faisant référence au blogueur ivoirien Apoutchou Nataional) qui ont envoyé la story. Mais quand ils ont commencé à t’insulter, tous les Ivoiriens sont sortis pour te défendre », a expliqué le jeune influenceur basé en Suisse qui estimait que Mokosso avait fait un « acte maladroit » auquel il ne pensait pas vraiment.

« Non, mais n’allez pas insulter les Ivoiriens pour faire plaisir aux Camerounais. Non, qu’est-ce qu’on montre ici », a critiqué Aya Robert. « Fils, la Côte d’Ivoire est fière de te compter parmi ses citoyens. Au moins tu n’as pas trahi la nation pour prendre une photo avec Samuel Eto’o. Tu as choisi la Côte d’Ivoire et la Côte d’Ivoire te choisit aujourd’hui… » , a réagi Hayek Hassan qui, lui aussi, a reçu une belle reformulation de la part de l’influenceur.

Aya Robert, critique et avocate de Makosso

1643694589 538 Makosso et Ayek Hassan ont ete severement coupes par Aya au 29 septembre 2022

Personnellement je voulais vous remercier pour ce que vous faites pour les jeunes et pour le bénévolat que vous faites, pour les malades, etc. Mais j’ai l’impression que, sur Facebook, vous avez vos propres préjugés. Je vois vos positions, c’est votre droit de choisir qui vous aimez, quels influenceurs vous aimez. Mais quand on fait du bénévolat, du travail humanitaire, je pense qu’il y a des choses à ne pas faire », a déclaré Aya Robert.

Parce qu’en ce qui concerne Libias, vous êtes une personne différente.

Je ne sais pas ce que tu as avec Makosso. La dernière fois que j’ai fait un live où je t’ai parlé et après qu’on se soit parlé au téléphone, tu m’as expliqué que tu n’avais pas de problème avec Makosso… En tant que bénévole, il y a des choses qu’il ne faut pas faire. Vous êtes un peu trop occupé avec la règle d’or. Hassan, tu n’as pas à être pour une personne, tu dois être là pour tout le monde. Je vois que quand il s’agit de Makosso, tu frappes un peu fort, mais quand il s’agit de l’autre côté, tu fais comme si tu ne voyais pas. Sinon le gros bonhomme de l’autre côté là-bas a aussi fait une vidéo pour insulter les camerounais. On ne t’a pas vu poster quand il est revenu pour s’excuser auprès d’eux quand ils ont marché sur notre drapeau. Mais Hayek Hassan quand il était Makosso, vous êtes allé publier. Il faut être juste », a conseillé Aya Robert à la responsable de la plateforme des volontaires de secourisme.

Après cette vidéo postée dimanche par le web-activiste, Hayek Hassan a posté un beau message, drapeau ivoirien à la main, pour magnifier sa patrie qui l’a adopté dès sa naissance.

« Un sentiment de fierté m’anime rien qu’en te touchant !

Un sens des responsabilités m’envahit lorsque je porte vos couleurs !

Tu es là pour moi depuis ma naissance, alors mon devoir est d’être là pour toi à chaque instant de mon existence !

Côte d’Ivoire vous pouvez compter sur moi pour le meilleur ou pour le pire !

Je suis ton fils et je te représenterai dignement en toutes circonstances !

Tu es la définition de l’amour et je suis amoureux !

Je t’aime ma Côte d’Ivoire !

Où que j’aille, assurez-vous que je serai un exemple de dignité pour que vos couleurs restent au sommet de la planète !

Je serai toujours capable de faire la différence entre le bien et le mal pour que vous n’ayez pas d’ennuis !

Côte d’Ivoire tu pourras toujours compter sur ton fils adoptif pour t’emmener au sommet ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.