Le débat sur la polygamie en Côte d’Ivoire a attiré l’attention d’Alain Lobognon. Ex-député de Fresco, une localité du sud-ouest du pays, l’a livré sait positionner sur cette affaire ici attise les passions.

Alain Lobognon : « Les femmes ne sont pas à acheter »

Sangaré Yacouba, député de la commune de Koumassi, a déposé une proposition de loi pour la légalisation de la polygamie. « La loi sur la monogamie n’a jamais été respectée. Elle est toujours violée. Alors pourquoi se voiler la face sur une réalité que nul n’ignore ? », A expliqué le parlementaire.

Depuis la sortie de l’honorable Yacouba Sangaré, le débat est vif et passionné en Côte d’Ivoire. Pour Alain Lobognon, il est hors de question que la polygamie soit légalisée. « Ne demandaient pas à l’Etat de Côte d’Ivoire de légaliser la polygamie au motif qu’à une époque lointaine, des hommes qui possédaient des richesses s’achetaient de nombreuses femmes. Ces pratiques montraient que l’on ne respectait pas la Femme. Les Femmes ne sont pas à acheter », a martelé l’ancien ministre des Sports ivoirien sur son compte Twitter.

Alain Lobognon pense que ceux qui affirment que la polygamie était un fait culturel en Afrique vont devoir le convaincre. « Vouloir privilégier sa libido au détriment du bien-être des enfants ne doit pas pousser à vivre en ignorant les réalités de notre époque », at-il argumenté.

L’ancien partisan de Guillaume Kigbafori Soro soutient aussi que la vie n’est pas « une course à l’héritage » « Dans nos traditions (culture), les enfants n’héritaient pas de leur père. La société tolère la polygamie, car La Loi n’en fait pas un délit pénal. C’est pourquoi certains hommes préfèrent s’imposer leur tradition ou leur religion. C’est aussi vrai que des épouses «bien élevées» tolèrent l’infidélité de leurs époux. un recul « , a prévenu le conjoint d’Amira Lobognon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.