Un acte de piraterie en mer s’est produit dans les eaux territoriales ivoiriennes. Un navire a disparu lundi soir entre la Côte d’Ivoire et le Ghana.

Piraterie en mer : la Côte d’Ivoire victime de piraterie dans ses eaux

Au cours des dernières heures, une attaque de pirates dans les eaux territoriales ivoiriennes et ghanéennes a été confirmée, selon le Dryade mondiale. Les pirates sont montés à bord du navire puis l’ont détourné avant de le laisser avec la cargaison. Tout l’équipage est sain et sauf.

Selon cette source, les propriétaires du navire MT B OCEAN (IMO 9377834) ont perdu le contact avec les membres d’équipage dans la soirée du 24 janvier 2022. Le navire aurait opéré comme navire de ravitaillement à 54 milles nautiques au SSW d’Abidjan lorsque le contact a été perdu.

Toujours dans la nuit d’hier 25 janvier, le navire n’avait pas encore émis de signal sur l’AIS depuis 17h00. Les forces de l’ordre côtières sont chargées de le suivre.

Piraterie en mer : chronologie de l’accident avec le navire détourné

Ce sont des pêcheurs locaux de la côte ouest du Ghana qui ont tiré la sonnette d’alarme. Un groupe d’individus non identifiés avait été vu en train de lancer un bateau de pêche local surmonté d’un puissant moteur hors-bord. Ils auraient été aperçus par les villageois aux premières heures du 24 janvier 2022. Les passagers de cette embarcation n’étaient pas des habitants connus des villages voisins, les pêcheurs se sont tout de suite rendu compte qu’il s’agissait certainement de pirates.

Selon nos informations, le Pirates Action Group-PAG, toujours en mer au large du Ghana et de la Côte d’Ivoire, à la recherche de nouvelles proies, pourrait être l’auteur de la piraterie du navire MT B OCEAN (IMO 9377834). Ce groupe s’est propagé au Nigeria ces dernières années, où il a été farouchement combattu par les autorités maritimes. Il tente désormais de s’implanter dans les eaux territoriales gabonaises, ghanéennes et ivoiriennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.