Guillaume Soro continue de mener son exil qui a débuté le 23 décembre 2019. Dans son combat contre son ancien mentor Alassane Ouattara, le fondateur de GPS (Générations et Peuples Solidaires) assure pouvoir compter sur les femmes de son mouvement politique.

Guillaume Soro mise sur les femmes du GPS

Depuis le 23 décembre 2019, Guillaume Soro vit en exil en Europe. Condamné à la prison à vie par la justice ivoirienne, l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne fait également l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par le gouvernement ivoirien. Déjà proche d’Alassane Ouattara et du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix), Guillaume Soro a tourné le dos à ses anciens alliés en refusant d’intégrer la grande famille houphouëtiste. Pour rappel, l’ancien chef rebelle a choisi de quitter la tête de la chambre plutôt que de rejoindre le RHDP comme l’avait demandé le chef de l’Etat ivoirien.

Les relations sont aujourd’hui très tendues entre Alassane Ouattara et son « fils » Guillaume Soro, le chef des soroistes. L’ancien dirigeant de la FESCI (Fédération des étudiants et des écoles de Côte d’Ivoire) est déterminé à mener le combat contre le président ivoirien. Pour atteindre ses objectifs, elle entend compter sur le soutien des femmes de GPS (Generazioni e Popoli Solidali).

« Chers tous, je continue de croire que nous avons eu raison dès le départ de faire confiance aux femmes, nos mères, car là où les hommes ont chassé sous divers prétextes, ils ont fait preuve de résilience. Leur GPS est en place. La barbarie et la prison n’ont pas érodé leur conviction. Ils ont pas vacillé. J’éprouve chaque jour la pertinence de ce choix. Je vous invite à leur rendre hommage. à faire confiance aux femmes. C’est un constat ! C’est une vérité », a déclaré Guillaume Soro dans un tweet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.