Hervé Makré, anciennement premier Directeur de publication de « L’Eléphant Déchaîné », et actuel Rédacteur en Chef de 5minutesinfos.net, a été agressé et poignardé dans le dos, ce mardi 21 janvier 2014, aux environs de 5h du matin, par des hommes armés non identifié, non loin de son domicile de Yopougon-Ficgayo. 4 coups de couteau pour lui prendre son ordinateur portable, pour « Sécurité nationale », selon les agresseurs.

Revenant d’un reportage avorté du Ministère des Eaux et Forêts relatif au transfèrement des premiers Eléphants qui devrait avoir lieu au Corridor de Gesco à minuit, Hervé Makré, rédacteur en chef de 5minutesinfos.net, est pris à parti par 3 « Individus » armés de couteaux, non loin de son domicile. « Le taxi communal m’a déposé près de la pharmacie Kénéya qui n’est pas loin de chez moi. Donc j’ai décidé, à cette heure du matin où des hommes circulent, de rentrer à pied. À quelques 100m de chez moi, un homme me pointe du doigt que je ne considère pas et je continue mon chemin. Quelques minutes plus tard, je suis entouré par 3 hommes armés qui tentent de m’arracher mon ordinateur portable. Je résiste. Nous luttons. Alors, un d’entre eux me donne des coups de poignard dans le dos, au cou, au genou et au bras, et je m’écroule », raconte-t-il avant d’ajouter que « pendant ce temps, les passants qui voulaient me secourir ont été stoppés net par un des agresseurs qui leur a crié : « passez, c’est une affaire de sécurité nationale ».

C’est là qu’ils réussissent à m’arracher mon ordinateur et prennent la fuite. Ils ne se sont pas intéressés à autre chose que mon ordinateur. Malheureusement, j’avais tous mes papiers, des dossiers importants et de l’argent dans le sac de mon ordinateur ».

Du coup, on se demande ce que pouvait bien contenir comme information compromettante cet ordinateur et qui avait intérêt à ne pas les voir publiées ?
Après la fuite des agresseurs, Hervé Makré s’est rendu dans une clinique pour des sutures et soins. Il a, par la suite, porté plainte contre X, au 16 Arrondissement de police de Yopougon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *