Le Premier ministre, Patrick Achi, a présidé, lundi 29 novembre 2021 à Abidjan, la signature, dans le cadre du 3e Accord de désendettement et de développement (C2D), d’un accord entre la Côte d’Ivoire et la France afin d »’améliorer la conditions de vie de 300 000 habitants de cinq quartiers réhabilités dans trois communes du Grand Abidjan (Yopougon, Abobo et Koumassi).

Coopération Côte d’Ivoire – France : Signature d’un accord pour sortir au moins 300 000 personnes de la précarité

La partie ivoirienne était représentée par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly et son collègue du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo. La partie française était composée de l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Jean-Christophe Belliard et du directeur exécutif des opérations de l’Agence française de développement (AFD), Jean-Pierre Marcelli. La convention, d’un montant de 32,8 milliards de FCFA, porte sur le financement du projet d’aménagement des quartiers restaurés d’Abidjan (PAQRA).

L’objectif est de renforcer l’accès de 300 000 personnes aux services urbains essentiels (électricité, éclairage public, eau potable et traitement des eaux usées, etc.) et aux structures sociales collectives locales (écoles, sports et espaces publics), de réduire les risques d’inondation et améliorer la salubrité des quartiers. Saluant la détermination de la France à accompagner le développement de la Côte d’Ivoire, Adama Coulibaly s’est félicité de la mise en place de mécanismes de coopération innovants entre la France et la Côte d’Ivoire, dont l’Accord de désendettement et de développement (C2D).

Si l’on en croit, le développement des quartiers précaires, dont le nombre est estimé à 132 à Abidjan et comprenant plus d’un million de personnes, et l’occupation des voies publiques sans respecter les règles d’urbanisme ont créé des problèmes d’hygiène, de mobilité et d’accès. aux structures sociales de base. « C’est pour répondre à ces problèmes que le gouvernement a initié le projet de développement des quartiers restaurés d’Abidjan », a-t-il déclaré.

Pour l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, la mise en œuvre de ce projet constitue une étape supplémentaire vers l’atteinte d’un objectif ambitieux que la France s’est fixé de favoriser le développement de villes inclusives, productives et résilientes. , indispensable pour transformer les conditions de vie des populations de manière qualitative et durable. L’accord signé aujourd’hui est le premier accord d’allocation du 3e et dernier C2D signé le 27 octobre à Paris par les ministres des finances français et ivoirien. Ce troisième C2D complète le montant de la dette envers la France traitée à 1900 milliards de FCFA.

Source CICG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *