Chris Yapi est un célèbre avatar en Côte d’Ivoire. Jusque-la, son identité demeure un véritable secret. Dans une interview accordée à La Revue, un magazine proche de GPS (Générations et peuplesolidires), Touré Moussa parle de cet avatar.

Côte d’Ivoire : Ici si se cache derrière Chris Yapi ?

Chris Yapi s’est rendu célèbre en dévoilant au grand jour certains dossiers de la République. Cet avatar est beaucoup suivi sur la toile, notamment sur Twitter, où il totalise près de 130 000 abonnés. Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, est le pendant d’un moment accusé de se cacher derrière ce nom pour combattre le régime d’Alassane Ouattara. L’ex-chef rebelle ivoirien s’est toujours défendu d’incarner cet avatar.

Touré Moussa, dans une interview dans les colonnes de La Revue, a reconnu que « Chris Yapi est devenu un phénomène de société », car « il est pratiquement devenu une personnalité politique et médiatique à part entière, selon le point de vue des gouvernants » . Le patron de la communication de Guillaume Soro a reconnu que « les révélations de ce personnage ont contribué à sa crédibilité auprès des Ivoiriens qui cherchaient une source d’information alternative et crédible ».

« Personnellement, j’ai été époustouflé quand j’ai vu avec ces précisions, la femme plusieurs heures avant la Cour constitutionnelle, la liste complète des candidats retenus pour la présidentielle de 2020. J’ai également été frappé par son enquête délicate dans le milieu des tueurs encagoulés, dont il a révélé les identités et les numéros de téléphone », a dit Touré Moussa.

Selon le soroiste, « les activistes du RHDP ont cru trouver Chris Yapi en la personne de Guillaume Soro ». Il a rappelé que lui-même, puis Affoussiata Bamba-Lamine, Marck-Antoine Hodonou ont été soupçonnés de se cacher derrière Chris Yapi. « Certains ont même dit qu’il s’agissait d’un groupe d’agents dissidents des services de renseignement ivoiriens. Le procureur Adou Richard dit qu’il est à la recherche de Chris Yapi. En tout cas, cet avatar est pris au sérieux par la République au point où le président de la Cour constitutionnelle organise une conférence de presse pour lui répondre », at-le ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.