APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – L’annexe fiscale à la loi de finances 2022 en Côte d’Ivoire institue une taxe spéciale pour les entreprises qui produisent et importent 50 FCFA par kg de sacs plastiques, sachets et films.

Cette mesure fait suite à un ajustement de la taxe spéciale sur certains produits en plastique, a indiqué Annick Soko, fiscaliste, lors d’une séance d’explication de la fiscalité, organisée par la Cgeci, le Patronato ivoirien.

Dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité et de la protection de l’environnement, l’article 26 de l’annexe fiscale de gestion 2013 a institué une taxe spéciale à la charge des entreprises productrices et importatrices de sacs, sachets et films plastiques.

Cependant, l’appareil ne cible pas d’autres produits en plastique, en particulier les bouteilles en plastique, bien que ces produits aient également un impact potentiellement dangereux sur la santé humaine et animale et causent d’énormes dommages à l’environnement.

La justification indique que, pour corriger cette situation, il est proposé d’étendre la taxe spéciale sur certains produits en plastique à tous les emballages en plastique mis sur le marché par les importateurs et les industries locales.

Mme Annick Soko a rappelé que l’article 34 de l’ordonnance no. 2021-480 du 28 décembre 2011 portant budget de l’Etat pour la gestion 2012, a institué la taxe spéciale sur les sacs et sachets plastiques.

La taxe, a-t-il précisé, était initialement fixée à 0,5 FCFA et payable par les entreprises manufacturières. Mais, avec l’entrée en vigueur de l’annexe fiscale 2013, le taux de la taxe est fixé à 50 Fcfa par kg de sac, sachet et film plastique et payable par les fabricants et importateurs.

L’entrée en vigueur de l’annexe fiscale 2022 intervient dans un contexte sanitaire difficile marqué par la recrudescence des cas de covid-19. Cgeci et son partenaire ont opté pour une présentation virtuelle du dispositif.

Adoptée par le parlement le 20 novembre 2021 et le 7 décembre par le Sénat, l’annexe fiscale est entrée en vigueur mardi 4 janvier 2022. Au total, le dispositif contient 26 dispositions.

Le Patronage ivoirien note que l’annexe fiscale 2022 prévoit 16% de mesures visant à réduire la pression fiscale et 31% à favoriser une augmentation de la pression fiscale des contribuables.

Il souligne également que « 31% des mesures visent à rationaliser, réorganiser et moderniser le système fiscal, tandis que 23% des mesures prises visent de nouvelles dispositions et taxes ».

Cette présentation a été l’occasion de présenter aux entreprises les différentes évolutions intervenues en matière de planification fiscale, pour leur permettre de mieux s’approprier ces nouvelles mesures dans les activités économiques.

Dans le cadre des échanges avec l’Administration, la CGECI a rappelé à plusieurs reprises que les résultats de la concertation entre l’Administration fiscale et le secteur privé ces dernières années sont restés contradictoires. Très peu de mesures proposées par le secteur privé et ayant un fort impact sur la compétitivité des entreprises ont été envisagées par l’administration.

La Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire demande donc avec tous ses vœux l’avènement d’une fiscalité compétitive et attractive pour le développement du secteur privé ivoirien.

AP / ls / APA







Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.