Le 2 novembre, un groupe d’individus armés a attaqué l’agence Bank Of Africa à Sadiola, une ville minière à 80 km de la ville de Kayes. Deux semaines après cette attaque, 7 personnes qui y ont participé ont été arrêtées par des éléments du commissaire Salim Cissé. A également saisi plusieurs armes

Mardi 2 novembre, vers 15h30, un groupe de 9 personnes cagoulées a attaqué la Bank of Africa à Sadiola, tuant un garde et en blessant deux autres. Les assaillants ont emporté plus de 20 000 000 F CFA, puis ont disparu dans la nature avec leurs motos Sanili, laissant une ville terrifiée.

24 heures après cette attaque, le commissaire Salim Cissé et ses hommes ont arrêté 3 suspects, qui avaient niché dans différents quartiers de la ville de Kayes. Pour le moment, il y en a 7 à arrêter. Saisie de divers matériels dont 7 mitrailleuses, 5 motos, plusieurs téléphones et beaucoup d’argent.

Les 3 premières arrestations

Le 3 novembre, vers 21 heures, des hommes du 1er arrondissement, alors aux aguets, ont reçu des informations sur un suspect habitant un immeuble à Kayes Ndi, de l’autre côté du fleuve. Cet arrondissement étant la zone d’intervention du 2e arrondissement, une autorisation du parquet était nécessaire pour agir. Ce qui a été fait. Ainsi, des éléments du 1er arrondissement se sont rendus chez le suspect pour interrogatoire. Après une perquisition à son domicile, la police a découvert plus de deux millions de billets noués en rouleaux de 10 000 FCFA, 5 000 FCFA et 2 000 FCFA. Le suspect, M. Deh, est conduit au poste de police pour y être interrogé. Il a nié sa participation à cette attaque, expliquant que les billets de banque trouvés en sa possession provenaient de son entreprise d’élevage, se présentant comme un berger.

Les enquêteurs, persuadés d’être sur la bonne voie, ne se laissent pas aller. Enfin, après 4 heures d’interrogatoire, le suspect passe aux aveux et donne des indices sur deux de ses complices, A. Barry, originaire de Mopti et un Sénégalais, M. Bah. Ce dernier, après une nuit de dandy dans les bars de la ville de Kayes, s’apprêtait à rentrer au Sénégal le lendemain avec sa part du butin en poche. Mais la police, qui avait décidé d’accélérer l’enquête, d’arrêter, la même nuit, tous les complices encore dans la ville de Kayes, a été plus rapide que lui. Peu de temps après, ils ont été repérés par la police dans un casino. Vers 4 heures du matin, M. Bah et M. Barry ont été arrêtés par la police. Ils avaient également plus d’un million de factures chacun. Conduits au poste de police, ils ont avoué facilement et ont aidé à localiser les armes utilisées lors de l’attaque. Il s’agit de 7 mitrailleuses cachées à flanc de colline, près de Diamou, commune à 40 km de Kayes, sur la route de Bafoulabé. Pas de sommeil pour Compol et ses hommes. Sans perdre de temps, vers 5 heures du matin, les éléments pénètrent dans la forêt où ils découvrent les 7 mitrailleuses soigneusement dissimulées.

Un agent de la municipalité de Sadiola, créateur de cette attaque

Les armes ainsi saisies, la Préfecture de Police a poursuivi ses investigations et a découvert que le principal artisan de cette attaque est D. Sissoko, un agent de la Commune de Sadiola, qui n’en est pas à sa première expérience. C’est lui qui a abrité les bandits la nuit précédant l’attaque. C’est encore lui qui a choisi cette agence comme cible. Et c’était toujours lui qui choisissait le moment de l’attaque, fin connaisseur des mouvements de la ville. Repéré par la police, il a été pris entre Kayes et Sadiola.

La particularité de ce groupe de bandits est qu’ils viennent de régions différentes pour mener leurs opérations. Après le colis, tout le monde rentre chez soi. Alors que les Sénégalais, M. Bah et le Mopticien, M. Barry, ont préféré s’arrêter à Kayes pour une nuit de plaisir dans les bars, d’autres sont rapidement retournés dans leurs familles après avoir partagé le butin. Parmi eux, deux sont retournés à Bamako et un autre à Ségou.

Deux personnes interpellées à Bamako et une à Ségou

Etant en dehors de la région de Kayes, il était nécessaire de les localiser rapidement et de coordonner leur interpellation avec les commissariats les plus proches. Compol Cissé s’empare aussitôt du 15e arrondissement de Bamako et du 1er arrondissement de Ségou. Avec une bonne coordination, les éléments du 15 ont pris le relais des deux, qui vivent à Bamako. Idem pour le 1er arrondissement de Ségou, qui a attrapé le voleur qui s’y trouvait. Ces trois personnes ont été renvoyées à Kayes.

Selon nos informations, tous ces 7 éléments sont des récidivistes et vivent du braquage. Leur arrestation est non seulement un grand soulagement pour les populations de la région, mais aussi pour l’ensemble du Mali, car ils mènent leur opération dans tout le pays. Le Commissaire Cissé a appelé la population à déclarer ces cas suspects à temps, afin que la police puisse les traquer à temps. Il a remercié le procureur de la République près le tribunal de grande instance pour sa rapidité de procédure et ses confrères du 15e arrondissement de Bamako et du 1er arrondissement de Ségou pour leur professionnalisme.

Les braqueurs ont été présentés hier matin au tribunal de grande instance de Kayes. Les enquêtes se poursuivent pour retrouver les deux autres membres du gang.

correspondant de Kayes, Oumar Bagayogo

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *