Le ministre de l’Éducation nationale, SIDIBÉ Dédéou Ousmane, a lancé hier, jeudi 9 décembre, la caravane de la communication pour le changement et les comportements sociaux intitulée Stronger Together « plus forts ensemble ». Une initiative du Projet d’autonomisation des femmes et de dividende démographique au Sahel (SWEED). La cérémonie s’est déroulée à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports, en présence du Chef de Cabinet du Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat, du Patrimoine, de l’Aménagement du Territoire et de la Population, KOUYATÉ FATIMATA SININTA et divers responsables du projet SWEED.

Cette campagne, qui a pour thème « Education féminine et leadership féminin », vise à établir un lien entre l’éducation des filles, le renforcement du capital humain et le développement des pays sahéliens, en mettant l’accent sur la sensibilisation et les interventions visant à maintenir filles à l’école, l’accès à la formation, à l’emploi, aux opportunités économiques et aux instances de décision, l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive et à l’hygiène menstruelle, la lutte contre les violences basées sur le genre et les pratiques néfastes qui entravent l’autonomisation des femmes et des filles.
Pendant 10 jours, les caravanistes parcourront les villes de Bamako, Dioila, Bougouni, Sikasso et Kita et apporteront des messages en lien avec le thème.
Mme KOUYATÉ Fatimata SININTA, chef de cabinet du ministère de l’urbanisme, de l’habitat, du patrimoine, de l’aménagement du territoire et de la population, a rappelé que la région du Sahel était l’une des régions du monde où les enjeux démographiques étaient très importants.
Selon elle, au niveau national, le potentiel du dividende démographique reste sous-exploité au regard d’un certain nombre de facteurs dont la lenteur de la transition démographique et la persistance des inégalités de genre.
« C’est pour inverser cette tendance qu’est né le projet Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel, lancé en novembre 2015 avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’Organisation de l’Ouest. L’Afrique pour la santé. (OOAS) », a-t-il expliqué.
Il a noté que le projet SWEED visait globalement à accélérer la transition démographique, afin d’accélérer le dividende démographique et de réduire les inégalités de genre dans la région du Sahel, tout en renforçant le niveau d’autonomisation économique des femmes et des adolescentes. capital humain de qualité grâce à un accès accru à une éducation, à des soins de santé et à des services sociaux de base de qualité.

KOUYATÉ Fatimata SININTA a informé que de 2016 à 2020, le projet SWEDD, en cinq ans de mise en œuvre, a contribué à un développement positif en termes de compétences de vie et de connaissances des filles sur la santé sexuelle et reproductive, le maintien des filles à l’école et l’amélioration des niveaux de revenu des filles. et les femmes.
« Au Mali, cette première phase du SWEDD a permis, entre autres, de toucher environ six millions de personnes grâce à la campagne médiatique nationale sur les questions de savoir-être, la lutte contre les mariages précoces, la promotion de l’éducation et le maintien des filles à l’école. ; l’installation de trois radios communautaires ; formation et mobilisation de plus de 700 chefs religieux. Les résultats en termes d’éducation et d’autonomisation économique des filles sont également très impressionnants », a déclaré le chef de cabinet.
Elle a déclaré que les pays membres du SWEDD ont lancé la première édition de la campagne Stronger Together en juin 2020 en tant que stratégie de réponse pour atténuer les impacts négatifs du COV1D-I9 sur les activités d’autonomisation des femmes avec le soutien de la Banque mondiale, de l’UNFPA et de l’OOAS.

Selon Mme KOUYATÉ Fatimata SININTA, cette campagne a mobilisé divers acteurs du changement dont des chefs religieux, des communicateurs traditionnels, des jeunes et 11 artistes des pays SWEDD qui ont produit un single intitulé « le cri du silence » sur la prévention. et la protection des femmes et des filles contre la violence sexiste.
Dans son discours de lancement de la campagne, le ministre de l’Éducation nationale, SIDIBÉ Dédéou OUSMANE, a déclaré que cette caravane offre l’occasion de communiquer sur les principaux déterminants du décrochage scolaire des filles et leurs conséquences sur l’avenir de ces filles.
« Cette campagne nous offre également un cadre de partenariat pour mobiliser toutes les énergies pour maintenir les filles à l’école dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19 et l’insécurité », a souligné le ministre de l’Éducation nationale.
Enfin, il a précisé que cette campagne permettra de renforcer les connaissances, les altitudes et les pratiques des populations cibles sur les thèmes du projet en général et en particulier sur la santé reproductive, l’éducation et l’autonomisation des filles et des femmes. encourager l’engagement des autorités régionales et locales à soutenir les actions du projet SWEEDD ; fournir aux chefs religieux et traditionnels le plaidoyer pour l’éducation des jeunes filles et la promotion du leadership féminin.

DE MODIBO KONÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *