Après l’association ADEMA et le PARENA de Tiébilé DRAMÉ, le Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ) s’oppose au Premier ministre, Dr Choguel Kokalla MAIGA, pour avoir tenu des propos jugés antidémocratiques. Dans un communiqué signé par la Présidente Marimantia DIARRA, l’ADEMA PASJ montre ses biceps au chef du gouvernement et appelle le Président de la Transition à jouer pleinement son rôle de garant de l’unité nationale et de la cohésion sociale.

Dans le communiqué de presse susmentionné, l’ADEMA affirme avoir constaté depuis longtemps que l’actuel Premier ministre de la Transition, le Dr Choguel Kokala MAIGA, et d’autres nostalgiques de la dictature passée et de la période du parti unique continuent de tuer les gains arrachés au démocrate une lutte acharnée, dans le sang du peuple malien.
« En maîtrisant les leviers du pouvoir de transition, l’actuel Premier ministre révèle, jour après jour, sa véritable nature vengeresse envers le Mouvement démocrate. Les propos récents lors de sa rencontre avec les notables traditionnels et coutumiers du pays sont une parfaite révélation. Il a martelé lors de la susdite cérémonie que « le seul et unique budget que la démocratie nous laisse, c’est l’épanouissement des associations et des partis politiques », s’insurge le président de l’ADEMA.
Le parti déplore que ces revendications aient été « reprises par des pseudo-démocrates qui exploitent les coûteuses libertés individuelles et collectives acquises par le peuple malien pour anathèmer les acquis démocratiques ».
A ce titre, Adéma-PASJ, le parti historique, héritier de la révolution de mars 1991, dénonce avec véhémence ces déclarations du Premier ministre de la Transition et certains nostalgiques de la dictature militaire incarnée par le général Moussa Traoré et son parti unique. .
L’ADEMA qualifie les déclarations du Premier ministre de malheureuses, inacceptables et offensantes à la mémoire des martyrs de mars 1991.
La présidente Marimantia DIARRA estime qu’à un moment où le pays a le plus besoin de rassembler tous ses fils et filles dans un tournant historique marqué par de multiples défis, de tels discours haineux et vindicatifs devraient être interdits et combattus sans concessions.
Dès lors, face à ce qu’elle qualifie de falsification et de réécriture délibérée de l’histoire démocratique de notre pays, l’ADEMA-PASJ estime qu’il devient impératif pour les démocrates de s’unir face aux excuses de la pensée unique du Premier ministre de transition menaçant la démocratie acquise par le Peuple malien au prix fort.
« Le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice ne tolérera aucune attaque injustifiée contre les conquêtes démocratiques, la révolution populaire du 26 mars 1991 », a déclaré le président du parti, avant de lancer un appel urgent et patriotique au président de la transition, le colonel Assimi. GOITA, pour exercer pleinement son rôle de garant de l’unité nationale et de la cohésion sociale dans un pays aux prises avec de multiples défis, gage de la réussite de la Transition.

DE MODIBO KONÉ




Prochain articleTerrorisme : la pitoyable guerre des mots



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *