Au total, 60 militants de divers comités, sections et coordinations du parti SADI dans la Commune I de l’arrondissement de Bamako ainsi qu’un conseiller municipal de la commune rurale de Benkadi (cercle Dioila) viennent de démissionner de toutes les structures et organes du gauche. Parmi ces démissions figurent Youssouf DEMBELE, conseiller municipal ; Adama TOUNKARA, président de la coordination de la commune I de Bamako ; Moussa N BALLO, Secrétaire chargé des Relations avec les Partis, Associations et Institutions Mixtes de la Coordination I de Bamako ; Nana DIARRA, secrétaire organisationnelle du comité Doumanzana Centre I. C’est par une lettre de démission en date du 17 janvier 2022 que les démissionnaires ont communiqué leur démission.

Lire la lettre de démission.

 »Monsieur le Président, nous, membres de différentes zones géographiques, de différents comités, sections et coordinations du parti, avons tous été heureux d’avoir appartenu au parti à un moment de notre existence pendant des années pour nous presque tous.

Un parti qui a beaucoup contribué à notre formation idéologique et politique, ce qui nous oblige à remercier tous ceux qui y ont participé par leur présence.

Monsieur le Président, dans tout ce cheminement, chacun de nous a tout donné pour sortir le Mali, notre chère patrie, du gouffre dans lequel les politiques l’ont plongé, disent les démocrates, mais qui en réalité n’a mené qu’une seule lutte de remplacement.

Nous avons contribué pendant des années à l’éveil des consciences et chaque fois que nous nous sommes approchés de l’exercice du pouvoir, qui nous aurait permis d’améliorer le niveau de vie de nos concitoyens, à travers les luttes populaires ou pour des considérations étrangères à nos luttes, le parti il se trouve encore plus éloigné de l’exercice de ce pouvoir par ses propres dirigeants pour des raisons qu’eux seuls connaissent. Ce fut le cas de SADI et MP 22 en 2012, puis de SADI et MDP, en 2020, même la lutte nationale du M5-RFP n’a pu empêcher des considérations personnelles de transcender les besoins patriotiques du syndicat pour le changement, ce que je suis toujours relégué au second plan.

Les dernières positions prises par le parti, qui s’opposent à l’essence même de notre lutte, malgré les énormes efforts déployés par nos autorités pour le changement, en tout cas après le redressement, n’y ont rien fait.

Sachant que ces autorités n’ont ménagé aucun effort pour travailler avec le Parti.

Face aux réticences, voire à l’attaque systématique de toutes les propositions avancées, même celles pour lesquelles nous n’avons cessé de nous battre, ainsi que contre le système électoral, l’éloignement de nos Gouvernements du système prédateur qui a pillé notre pays, ont été ignorés par le parti, lui faisant perdre toute cohérence à nos yeux, préférant aussi nouer des alliances contre nature pour aller à l’encontre de la volonté populaire de Rifondazione del Mali. Pire, tous les éléments principaux les membres dévoués du parti ont été contraints de quitter le parti et de se méfier de ceux qui cherchent la réconciliation, car ils sont rapidement pris pour des ennemis, comme si leur départ était intentionnel.

Ceci dit, nous vous informons qu’à partir d’aujourd’hui, nous démissionnons collectivement de toutes les structures y compris celles du siège du parti et de toutes ses instances dans leurs lieux de résidence respectifs.

Espérant comprendre votre juste mesure de cette décision mûrie, je vous prie, Monsieur le Président, d’accepter notre commune désolation d’en être arrivé à cette rupture qui n’est que politique avec tous les membres du parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.