Aller au contenu

Actualités, Infos, News – CNT-AIGE-CONSTITUTION: pourquoi la CODEM est non partante – Actualités, Infos, News

La Convergence pour le développement du Mali (CODEM) a affirmé ce jeudi 4 août qu’elle n’est pas favorable à l’augmentation de l’effectif du Conseil national de la transition (CNT) et à la composition de l’Autorité indépendante de la gestion des élections. De même, les parties de la quenouille rejettent la rédaction de la nouvelle constitutionnelle jugée inopportune.

Les membres du bureau politique de la CODEM se sont réunis ce jeudi 4 août 2022 sur l’actualité sociopolitique du pays. À l’issue de cette rencontre, le CODEM a pris des positions tranchées sur certains sujets d’intérêt national, en occurrence la rédaction de la nouvelle Constitution, l’élargissement du Conseil national de la transition (CNT) et la composition de l’ Autorité indépendante de la gestion des élections (AIGE).
Dans une déclaration lue par Abbas Alassane, le CODEM rejette la rédaction de la Constitution dont le processus en cours avec les autorités de la Transition au motif qu’elle est inopportune et susceptible d’ouvrir la boîte à pandore. Parce que, explique le responsable politique du CODEM, elle peut avoir des incidents sur le respect des chronogrammes rendus publics par le gouvernement et validés par l’ensemble des partenaires. Pour toutes ces raisons, le CODEM exige de surseoir à son élaboration dont la nécessité ne s’impose pas.
S’agissant de l’élargissement des membres du CNT (NDLR le CNT passera de 121 à 147 membres) conformément aux conclusions des Assises nationales de refondation (ANR); là aussi les parties du Quenouille s’abstient à unanimité des membres présents de son bureau de ne pas envoyer de nom au compte des partis politiques « en absence d’une inclusivité objective et une transparence dans le mode de désignation des membres du CNT » .
Abordant le dernier sujet (la désignation des représentants des partis politiques), Amadou Aya secrétaire général adjoint de la CODEM affirme que leur parti n’enverra pas de nom. En cause : l’approche proposée par le ministère de l’Administration territoriale ne répond à aucun prince de la démocratie. Pour lui, en démocratie et dans la gestion des affaires des partis politiques, le fait majoritaire ne doit pas être sacrifié au profit du tirage au sort.
Sélectionnez l’approche du ministère de l’administration expliquée par Amadou Aya, chaque parti politique appelé à envoyer deux noms au plus tard aujourd’hui. Et un huissier sera chargé de tirer 8 personnes parmi lesquelles une commission désignera les 4 représentants des partis.
« Ce procédé, inédit dans l’histoire de la démocratie au Mali et partout ailleurs déroge au respect des règles et esprit de la démocratie universelle en matière politique », s’indignent les parties dans sa déclaration tout en exigeant qu’en tirant les représentants des partis politiques pour la composition de AIGE par tirage au sort le ministère viole l’article 7 de la loi électorale.
En lieu et place de ce tirage, le CODEM souhaitait que les 4 formations politiques qui ont eu plus d’élus communaux lors des élections municipales de 2016, dont les mandats, soient toujours en cours de donner chacune 1 représentant.
Malgré des désaccords avec les autorités de la Transition, le CODEM affirme être engagé à accompagner les différents processus en cours dans le cadre de la stabilisation du pays.

PAR SIKOU BAH




Post précédentIntégration irrégulière à la fonction publique : l’ultimatum de l’Untm à l’État


Prochain articleAffaire des « 49 mercenaires » ivoiriens : le rétropédalage ivoirien



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *