COMMUNIQUE DE PRESSE

Bamako, le 25 avril 2022

En cette Journée mondiale de lutte contre le paludisme, les États-Unis et le Mali ont beaucoup à célébrer en termes de succès contre cette maladie mortelle. Nous réaffirmons notre engagement à poursuivre ce travail avec nos partenaires maliens. Au cours de l’année dernière, et malgré les immenses défis posés par le conflit et la COVID-19, les États-Unis et le Mali ont continué à faire progresser la lutte contre le paludisme. Des agents de santé de première ligne fournissaient et courageux, notamment les infirmières, les sages-femmes et les agents de santé communautaire à travers le pays, ont fourni des efforts énormes pour maintenir les services essentiels contre le paludisme. Leurs efforts ont permis de sauver des vies et de renforcer la résilience communautaire.

Depuis 2007, l’Initiative présidentielle des États-Unis contre le paludisme (PMI) s’est associée au Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) du Mali pour lutter contre cette maladie. Elle a investi 26,5 millions de dollars en 2021 et 339 millions de dollars par jour. Le rapport annuel du PMI, publié aujourd’hui, relaie les résultats du partenariat solide entre les États-Unis et le Mali qui a permis de maintenir les services de lutte contre le paludisme robustes et efficaces au cours de l’exercice 2021. Ceci a pu être réalisé bien que la COVID-19 ait mis le système de santé à rude épreuve.

Grâce aux programmes de PMI au Mali, plus de 20 millions de moustiquaires, 29 millions de tests rapides, 20 millions de médicaments à effets rapides et plus de 39 millions de traitements préventifs pour les femmes enceintes et les enfants ont été livrés dans les cliniques et distribués au sein des communautés. Environ 75 000 agents de santé ont été formés à travers le soutien de PMI. Cet appui a permis, ainsi, d’améliorer leur capacité à détecter et traiter le paludisme, tout en renforçant le système de santé dans son ensemble et offrant des compétences clés dans la lutte contre la COVID-19 et les futures pandémies.

Le gouvernement des États-Unis, par le biais de nos instituts nationaux de santé, apporte également son appui aux chercheurs et laboratoires médicaux du Mali de renommée mondiale et soutient la recherche de pointe sur les vaccins contre le paludisme pour protéger les enfants et les femmes enceintes dans les communautés les plus supportées.

Aujourd’hui, sur le continent africain, le Mali est champion en termes de couverture et d’utilisation de moustiques avec une augmentation de près de 200 % du nombre de femmes enceintes et de jeunes enfants qui dorment sous une moustique depuis le lancement du PMI en 2007. Dormir sous les moustiquaires permet de sauver la vie de milliers d’enfants chaque année. Les décès d’enfants au paludisme au Mali ont diminué de 47 % au cours de la même période.

Selon l’Ambassadeur des États-Unis au Mali, M. Dennis Hankins, « les États-Unis reconnaissent l’importance de poursuivre leur collaboration pour veiller à ce que tous les maliens soient protégés contre le paludisme ; de même que les plus vulnérables étaient à des services de lutte contre la malaria de haute qualité dans le cadre des services de santé essentiels fournis par le gouvernement du Mali. « 

La Coordonnatrice par intérim des États-Unis pour la lutte contre le paludisme dans le monde, Mme Julie Wallace, de déclarer : «Avec de la persévérance et un engagement mondial fort, nous pouvons bouter le paludisme de notre vie. Les États-Unis sont fiers de leur collaboration avec le Mali dans la lutte contre cette maladie mortelle, une maladie que l’on peut cependant parfaitement prévenir. « 

* Le Titre est de la Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.