Au cours d’un débat tenu à l’Assemblée nationale française ; ce mardi 22 février, les autres candidats à la présidentielle, on mal jugés les méthodes d’Emmanuel Macron, sur l’engagement de la France au Sahel, rapport le média français RFI. les soldats tricolores étaient inévitables, ils critiquent la stratégie du chef de l’Etat.

En effet, depuis l’annonce du départ des troupes françaises du Mali, par Emmanuel Macron, la semaine dernière ; ses adversaires ont profité de l’occasion pour le malmener.
De Jean-Luc MELENCHON à Marine LE PEN, tous les candidats font le même constat : le président français n’a pu que s’incliner face à la junte au pouvoir à Bamako, souligne Julien CHAVANNE.
Pour la candidate socialiste Anne HIDALGO, c’est un échec du chef de l’État.
Aux yeux de Valérie PECRESSE, du parti ‘Soyons libres » c’est une « humiliation ».
Jean-Luc MELENCHON pour dénoncer la « bêtise » et la « désinvolture » des responsables civils ; les communistes Fabien ROUSSEL, y ont ajouté, une critique de la « Françafrique ».
L’armée française s’est « embourbée dans un conflit tribal », juge Éric Zemmour. Les soldats tricolores auraient dû partir il y a déjà plusieurs années, ajoutés à sa rivale, Marine Le Pen.
Pour les prétendants à l’Élysée, la France ne pouvait plus rester au Mali.
Et maintenant, que faire au Sahel ? Là, les candidats sont les moins bavards. Éric Zemmour a proposé de mener ce qu’il appelle une « guerre de corsaires », des opérations au coup par coup sur le modèle de Serval.

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.