L’opération Barkhane a transféré, ce lundi 13 juin, la base opérationnelle avancée de Ménaka aux forces armées maliennes, selon le calendrier prévu dans un état opérationnel favorable.

Ce transfert s’inscrit dans le cadre fixé par le Président de la République française le 17 février 2022 afin de réarticuler la Force Barkhane hors du Mali, précise le communiqué de Barkhane.
A ce jour, l’opération militaire française a libéré les entreprises de Kidal, de Gossi, Kidal et Tessalit, Tombouctou et Ménaka où quelque 100 soldats y étaient basés.
Créée en 2018, au plus fort de la présence française à Ménaka, le ya eu jusqu’à 800 militaires français dans cette base. Son transfert, a affirmé l’armée française, « a fait l’objet d’une préparation minutieuse et d’une coordination avec les forces armées maliennes. Toutes les mesures ont été prises pour qu’emprise soit rendue dans les meilleures conditions possibles, avec en particulier le transfert de très bonnes infrastructures de protection. Un état des lieux croisés a évidemment été réalisé en bonne et due forme, après reconnaissance approfondissement du site par l’armée malienne ».
Les interventions quelque mois plutôt avec le scandale de l’exécution sommire à Gossi ou un charnier a été découvert par les FAMAs après le départ des Français. Dans cette affaire, russe et français se sont accusés.

« Les opérations coordonnées entre la Force européenne Takuba et les forces armées maliennes, déployées dans la zone des Trois frontières face aux groupes armés terroristes, en particulier face à l’ElGS, pour permettre la neutralisation de nombreux terroristes dont le chef. Adnan Abou Walid Al-Sahraoui, les chefs du groupe armé djihadiste EIGS, neutralisé le 17 août 2021 », a rappelé Force Barkhane.
Outre les actions militaires, l’opération favorise aussi la mise en œuvre de nombreuses actions de développement au profit des populations en instaurant un climat sécuritaire favorable.
En effet, dans cette zone, de nombreux organismes français (AFD, le Centre de crise et de soutien du MEAE et Expertise France) et européens aux côtés de la Force Barkhane ont participé à l’appui du retour de l’État dans de nombreux secteurs de la vie courante au profit des populations.
Ainsi, l’opération Barkhane soutient que plusieurs millions d’euros ont été investis dans des projets pour l’amélioration des conditions de vie des collectivités et de la population dans les domaines des infrastructures vitales, de l’éducation, de la jeunesse et de la santé .
« Les échanges entre la Force Barkhane et la population de Ménaka ont toujours été marqués par une excellente entente et un profond respect mutuel permanent de tisser de profondeurs liens d’amitié avec les différentes collectivités et populations », témoigne le communiqué.
A l’heure de ce transfert et du départ de Barkhane, les forces reviennent désormais aux forces maliennes pour assurer la protection des populations de Ménaka, le soutien à leur développement et la poursuite du combat contre les groupes qui les terrorisent.
La dernière base française au Mali est celle de Gao que Barkhane quittera vers la fin du mois d’août.

PAR SIKOU BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.