Après l’adoption par le conseil national de Transition (CNT) et la promulgation par le président de la Transition de la nouvelle loi électorale, les autorités s’attellent à l’organisation des élections générales devant conduire à un retour à l’ordre constitutionnel . À cet effet, et dans l’objectif de récolter les propositions sur les modalités de désignation des représentants de la classe politique au sein de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE), trois membres du gouvernement se sont rencontrés ce jeudi 21 juvénile 21 les chefs des partis politiques au CFCT, sur la route de Kati.

Cette rencontre était effectuée par les ministres de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation Col Abdoulaye Maiga ; qui avait à ses côtés, ses homologues ministres chargés de la Refondation de l’Etat chargé des relations avec les institutions ; Ibrahim Ikassa Maïga ; et Délégué auprès du premier ministre, chargé des Réformes politiques et Institutionnelles, Mme Fatoumata Sékou DICKO.
Le but de l’exercice était de définir des modalités permanentes de choisir les 4 représentants au sein de l’AIGE.
A travers cette désignation, le s’agit de permre au Gouvernement de mettre rapidement en place AIGE pour qu’elle commence à fonctionner.
Pour ce faire, le gouvernement avait envoyé le 13 juillet dernier une correspondance aux partis politiques l’invitant à faire des propositions de modalités. Ces derniers avaient jusqu’à ce vendredi 15 juillet pour faire leurs propositions de modalités.
Ainsi, les 271 partis politiques reconnus au Mali, 120 ont envoyé des propositions au gouvernement.
Hier jeudi 21 juillet 2022, le MATD avait convoqué une réunion du cadre national de partis afin de valider ces modalités.
Malheureusement, et encore une fois, cette rencontre a vu la classe politique se déchirer autour de l’essentiel, à savoir le Mali.
En tout cas, au terme des 3 heures échéances aucun consensus n’a été obtenu.
Face à ce constat, le ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation a décidé de prendre toutes ses responsabilités pour trancher cette question. Ainsi, dès la semaine prochaine, le MATD s’engage à proposer un schéma à la classe politique.
« Nous sommes d’accord qu’il n’y a pas d’accord. Malheureusement, dans ce processus, le temps est notre ennemi. Yes nous enlisons dans cette procédure, y aurait d’autres critiques pour dire qu’il y a une malicieuse de vouloir proroger cette transition. Ce qui n’est pas le cas. Partant de cela, nous allons en tirer toutes les conséquences. Et la semaine prochaine, nous allons vous adresser une correspondance pour vous proposer un schéma qui aura l’avantage de prendre en compte les différentes préoccupations », a conclu le colonel Abdoulaye MAIGA.
Le gouvernement dit prévoir la mise en place de cet organe le plus vita possible. L’organe du soir composé de 15 membres dont 4 pour les partis politiques, 3 pour la société civile et 8 pour les pouvoirs publics.

Par Abdoulaye OUATTARA




Post précédentChoguel Kokala Maiga et les prochaines élections : organisateur ou concurrent ?


Prochain articleChronogramme de la Transition : le mécanisme conjoint de suivi opérationnel



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.