La Mission d’Observation des Élections du Mali (MODELE-Mali), a procédé ce lundi 12 septembre 2022, au lancement de la 1ère vague de formation de ses 75 observateurs à long terme à l’Hôtel de l’Amitié de Bamako. Cette formation de mise en niveau rentre dans le cadre du basculement de la mission de veille en mission d’observation.

La cérémonie d’ouverture des travaux était effectuée par le représentant de l’UE, Philippe LAFOSSE ; en présence du Chef de mission du MODELE-Mali, Dr Ibrahima SANGHO ; de la représentante d’ECES, Mme Madjiga THIAM ; du représentant de la communauté des blogueurs du Mali, Abdoulaye GUINDO.
Dans le cadre de ses missions de veille et d’observation du processus électoral, le MODELE-Mali initie une session de formation des formateurs. Cette formation prévoit la formation de 75 observateurs à long terme (OLT) dont 10 superviseurs nationaux, 10 coordonnateurs régionaux, 49 coordonnateurs des cercles et 6 coordonnateurs des communes du district de Bamako.
Cette session qui va durer 3 jours sera l’occasion pour les participants de procéder à l’évaluation du cadre juridique des élections ; les risques liés à l’application de la loi électorale du 24 mai 2022 ; les défis liés au chronogramme électoral de 2022-2024, etc. L’objectif de ladite formation est de mettre à niveau les observations de MODELE-Mali afin qu’ils soient mieux outillés pour la bonne exécution de leur mission.
A la fin de ce projet, et dans la perspective des élections générales au Mali, le MODELE-Mali a décidé de s’engager dans l’observation électorale pour la période du 1er septembre au 30 novembre 2022.
S’incarnant à cette occasion, le Dr Ibrahima SANGHO, a fait le point des activités réalisées par le MODELE-Mali au cours des derniers mois. Parmi lesquelles on notera six vidéos sur l’évolution de la transition, des conférences de presse, des formations à l’intention des observateurs, la note technique sur la loi électorale, etc.
Dans le cadre de l’observation de ce processus électoral, la MODELE-Mali, selon son chef de mission, va mener 3 000 observateurs sur l’ensemble du territoire national.
Avant de terminer, l’a tenu à remercier tous les partenaires accompagnant ici le MODELE-MALI dans cette mission, notamment l’UE.
Dans ses mots d’ouverture, le représentant de l’UE, Philippe LAFOSSE, a souligné que le contexte électoral avait changé au Mali avec la publication du chronogramme et l’adoption d’une nouvelle loi électorale.
Pour lui, l’observation nationale des élections est une mission fondamentale dans la recherche d’une élection apaisée, libre et transparente.
« Il ne convient pas que le processus électoral soit équitable, et que les élections soient conformes aux normes de la sous-région ou aux normes internationales ; mais il faut que ça puisse être constaté par les observateurs locaux et la population », at-il soutenu.
En tout cas, l’UE, de l’avis de son représentant, a constaté que le meilleur moyen d’observer les élections au Mali, c’est de les faire observer par les Maliens eux-mêmes.
Cette opinion est aussi fondée sur le fait que les observateurs étrangers ne peuvent pas se rendre dans toutes les localités du Mali en raison d’insécurité.
Enfin, il est recommandé aux autorités nationales de poursuivre le processus électoral comme prévu par le nouveau chronogramme avant de réitérer l’engagement de sa structure pour accompagner le Mali.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.