La 22e édition de la journée mondiale de la population a été annoncée, hier lundi, à Dio dans le cercle de Kati. La cérémonie était exécutée pour le secrétaire général du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du territoire et de la Population, Sambala Mady KANOUTE. C’était en présence de la représentante adjointe de l’UNFPA ; du coordinateur du projet SWEDD ; des autorités coutumières, communales et administratives du cercle de Kati. Le thème international de cette édition est : « Un monde de 8 milliards : vers un avenir résilient pour tous – exploiter les opportunités et garantir les droits et les choix pour tous ». Alors que le thème national est : « la santé complète de la femme pour un Mali en paix ».

Dans leurs mots de bienvenue, les chefs du village et le maire de Dio ont remercié les autorités pour le choix porté sur leur localité. Le maire a exprimé sa satisfaction pour les dons et les consultations gratuites aux bénéfices des meilleurs élèves et des femmes de sa commune.
Daouda KANE aussi plaidé pour la construction d’une chambre froide dans sa commune qui est un bastion des légumes frais.
La représentante adjointe de l’UNFPA, Anandita PHILIPOSE, a rappelé que la journée mondiale de la population était commémorée le 11 juillet de chaque année. Selon elle, cette journée est l’occasion de célébrer le progrès de l’humanité. Une période de réflexion sur l’état de la population, vue comme une entité, avec ses défis et ses opportunités.
Elle a noté que la commémoration de cette journée est l’occasion d’avoir une conversation éclairée sur la dynamique des populations dans la perspective où le monde attindra 8 milliards d’ici la fin de l’année.
« C’est l’occasion de souligner à nouveau la nécessité de déplacer la conversation des chiffres vers les droits et les choix, de trouver des solutions qui profitent à tous et de déboucher sur un monde plus juste, prospère et durable », a affirmé Mme Anandita PHILIPOSE, avant de souligner que le thème international de cette année sied parfaitement au cas de notre pays. Comme preuve, at-elle rappelé qu’avec un taux d’accroissement de la population de 3,6 %, le Mali fait face à divers défis socioéconomiques, politiques et sécuritaires permanent difficilement à tous d’exercer tous leurs droits.
Par ailleurs, la représentante adjointe de l’UNFPA a indiqué que la journée commémorative de la population était aussi le lieu de se poser des questions sur les problématiques qui alimentent les populations vulnérables à savoir : l’accès aux services sociaux de base, l’emploi des jeunes, la migration forcée des populations due au conflit, les entraves au respect des droits humains, notamment le droit à la santé sexuelle et reproductive…
Pour elle, ce sont autant de sujets pour lesquels nous devons unir nos efforts afin d’accélérer l’atteinte des trois résultats transformateurs que sont : zéro décès maternel évitable ; zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale et zéro violence basée sur le genre.
À son tour, le secrétaire général du ministère dell’Urbanisme, de l’Abitat, des domaines, de l’Aménagement du territoire et de la population, Sambala Mady KANOUTE, a noté qu’au Mali, la santé de la femme est reconnue par l’État qui, depuis plus de trois décennies, est au centre des réflexions, débats et actions au niveau des pouvoirs publics, des Organisations de la société civile (0SC), des Partenaires techniques et financiers (PTF) et surtout des communautés.
Cependant, déplore M, KANOUTE, le poids des us et coutumes, qui relaye la femme à un statut social inférieur combiné au profond enracinement dans les mentalités et le silence qui entoure la santé de la femme font que leur droit à la santé est faiblement pris en compte par une grande majorité de la population malienne sans distinction de sexe, d’âge, de religion et de statut socio-économique.
« Ces défis sont déjà à l’amorce à travers le projet d’autonomisation de la femme dans l’optique de l’atteinte du dividende démographique. Ce projet sous régional, a été initié par la Banque mondo et le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), à la demande des États de la sous-région, et vise à combler le retard du Sahel en matière de transition démographique » , a rappelé Sambala Mady KANOUTE.
L’assurance que la Politique nationale de Population adoptée en 2017 contribuera à la réalisation de l’objectif global du développement durable du Mali à travers l’amélioration du niveau et de la qualité de vie des populations.
D’autres temps forts de la célébration de cette édition de la journée mondiale de la population ont été la remise des prix éducation aux meilleures filles de l’école fondamentale de Dio ; la remise de matériels pour les écoles ; la remise de matériels pour le CSCOM …

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.