La Coalition des Organisations Partenaires pour des Elections Réussies au Mali (COPER-Mali), a tenu, mercredi 18 mai, une journée de réflexion et de proposition sur le projet de loi électorale. C’était à la maison des ainées à la faveur d’un point de presse.

Placée sous la présidence de Mamadou Fadiala KEITA, président du COPER, cette journée a enregistré la présence de Mme Mariam TANDIA ; de Bissiri COULIBALY, de Issa TRAORE ainsi que beaucoup d’autres membres de la COPER.

Évoluant en partenariat avec le PNUD, cette plateforme électorale de la société civile entend apporter sa pierre aux réformes apportées par les autorités de la transition, plus précisément au projet de loi électorale.

En cet effet, elle projette d’apporter la plus-value du COPER dans l’élaboration de la loi électorale, qui est un instrument clé de gestion des élections.

Après avoir évoqué les insuffisances des textes électoraux, les responsables de la COPER ont proposé la révision de la Lista électorale.

« Là, la composition et appui aux commissions administratives laissent à désirer pour une mission si cruciale à la vitalité de la vie démocratique ! » déclare le président du COPER.

Aussi, dans le traitement des dossiers de candidature pour l’élection présidentielle, la Coalition souhaite que les détenteurs de doubles nationalités soient mis à l’écart. De même, proposé-t-elle qu’un accent particulier soit mis sur le dossier médical des candidats.

Pour les élections partielles, le COPER-Mali s’active en faveur de la suppléance, en cas de vacance de siège à l’Assemblée nationale, cette proposition a pour mais de réduire le coût des élections.

Le président de la COPER souligne qu’en plus de ces propositions, la charte des partis politiques doit être clarifiée.

«  COPER entend jouer sa partition afin que l’édifice électoral se porte mieux au Mali ! »At-il souligné.

Quoi qu’il en soit, pour traiter le projet de cette loi, le COPER a initié l’organisation de cette journée d’échanges. C’était en présence d’un expert électoral here at décortiqué le nouveau projet de loi électorale. Ledit projet de loi électorale soir soumis au CNT le mois de juin prochain pour débat avant d’être finalement adopté.

En attendant, COPER-Mali accorde la plus grande attention à ce projet de loi. Elle dissimule s’il est justifié par le fait que la loi électorale concerne tous les concitoyens soucieux d’élections justes, transparentes et crédibles.

PAR AMINA SISSOKO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.