Le Président de la Transition, le Colonel Assimi GOITA, a reporté ce lundi 18 juillet 2022, la cérémonie de remise symbolique des insignes et des certificats aux chefs de villages, de fractions et de quartiers du Mali, au CICB. C’était en présence des autorités politiques et administratives du District ; des Chefs d’établissements; de certains membres du gouvernement ; des ambassadeurs accrédités au Mali ; des représentants des confessions religieuses et des légitimités traditionnelles du Mali. Au terme de cette cérémonie, 61 chefs de quartier ont reçu leurs insignes et drapeaux des mains du Chef de l’État.

Des interventions différentes, le ressort que cette cérémonie placée dans les annales de l’histoire de notre pays vise à rendre aux autorités traditionnelles locales toute leur légitimité pour un meilleur équilibre social. Un facteur déterminant au sein des collectivités.
Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le colonel Abdoulaye OUATTARA, porte-parole du gouvernement, a souligné que la présente cérémonie de remise des insignes et des certificats aux Chefs de quartier des Communes du District de Bamako s’inscrit dans le cadre des relations étroites que le président de la transition souhaite établir avec les Autorités traditionnelles de notre pays.
Aussi, elle s’inscrit en droite ligne des recommandations des Assises nationales de la refondation, ici font de la valorisation des légitimités traditionnelles et coutumières un élément du MaliKura.

Une vision du Malikura
Dans son propos, les ministres ont rappelé que la présente cérémonie fait suite à la rencontre du 12 novembre 2021 du Colonel Assimi GOITA, avec les légitimités traditionnelles dans la salle des banquets de Koulouba. Une rencontre historique au cours de laquelle le Président avait déclaré que «… l’engagement des légitimités traditionnelles dans la conduite des affaires publiques est une chance énorme pour l’équilibre social qui est un facteur déterminant au sein de toute collectivité, pour le port des messages de vouloir vivre ensemble, de solidarité, de cohésion sociale, de réconciliation nationale, de paix …… ».
Désormais, à savoir le porte-parole du gouvernement, la journée du 11 novembre est retenue chaque année pour perpétuer la rencontre du Chef de l’État avec les légitimités traditionnelles dans la pure tradition malienne, et ce, en application du Décret n° 2022-0128 / PT-RM du 04 mars 2022 instituant la journée nationale des autorisations traditionnelles.
Le ressort de son propose que la journée nationale des légitimités traditionnelles vise à valoriser les fonctions des légitimités traditionnelles et à raffermir leur ancrage dans la société.
Selon le ministre, les légitimités traditionnelles dans notre pays sont essentiellement représentées par les chefs de village, de fraction et de quartier dont le statut est régi par la Loi n° 06-023 du 28 juin 2006 relative à la création et à l’ministration des villages, fractions et quartiers et ses règlements d’application.

Valoriser les Chefs de village
Dans ce cadre, et conformément aux dispositions de l’Arrêté n° 2018-2279 / MATD-SG du 05 juillet 2018 déterminant les modalités de nomination des Chefs de village, de fraction et de quartier, le Ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a confectionné en 2018 plus de 10 000 insignes et 10.000 certificats pour les Chefs de village ; 664 insignes et 5 000 certificats pour les Chefs de fraction ; et 8 223 insignes et 10 000 certificats pour les Chefs de quartier.
Les symboles tendant à valoriser les Chefs de village, de fraction et de quartier dans l’exercice de leurs fonctions sont conformes aux dispositions statutaires applicables à ces autorités locales.
En analysant les attributions des Chefs de village, de fraction et de quartier, on se rend compte que l’État a tout intérêt à promouvoir davantage lesdites autorités et à renforcer leurs capacités opérationnelles, au vu des multiples charges qui leur incombent.
Chargé d’une mission d’intérêt public, le Chef de village, de fraction ou de quartier est le Représentant de sa communauté auprès des pouvoirs publics ; le Représentant de l’Administration auprès de sa communauté.

Missions
L’interface sert, de courroie de transmission entre les pouvoirs publics et les communautés.
À ce titre, il veille à l’application des lois et règlements ; le préside le conseil de sa communauté ; le convoque le conseil pour toute question pertinente de la compétence du conseil.
En matière de police administrative, il est chargé, dans le cadre du maintien de l’ordre public et de la protection civile, de prendre les mesures conservatoires. En cas de calamité ou de troubles, l’avis le Maire et prendre toutes les mesures nécessaires pour la circonstance ; il veille au respect des mesures d’hygiène, de salubrité et à la protection des ressources naturelles au sein de sa communauté.
En matière de santé, il faut prendre toutes les mesures d’hygiène et de protection sanitaire ; il est tenu de signaler immédiatement au Maire, à l’Administration et aux autorités sanitaires les proches les indices d’épidémie et d’épizootie relevés dans la communauté.
En matière de recouvrement des impôts et taxes, le prête son concours aux agents de l’Administration ; le perçoit à cet effet une indemnité.
En matière coutumière et administrative, l’exercice d’une fonction de conciliation en matière coutumière ; la veille à la mobilisation des populations à l’occasion des recensements, des campagnes de vaccination, de dépistage de maladies, de soins collectifs et de calamités.

Rémunération
N’ayant pas de rémunération, il bénéficie, conformément aux textes réglementaires, de certains avantages, à savoir : une indemnité de fonction et à des indemnités de déplacement ; la réduction des frais d’hospitalisation dans les conditions fixées par arrêté conjoint du ministre chargé de l’Administration territoriale et du ministre chargé de la Santé.
L’efficacité de ces avantages contribuera sans nul doute à renforcer les capacités opérationnelles des Chefs de village, de fraction et de quartier.
En tout état de cause, les attributions et rôles des Chefs de village, de fraction et de quartier sont par ailleurs adossés aux dispositions législatives et réglementaires, ici consacrent la prééminence de nos us et coutumes dans les conditions de nomination de ces Autorités.
« La désignation du Chef de village, de fraction ou de quartier se fait selon les coutumes et traditions reconnues dans chaque localité », at-il précisé.
Des cérémonies similaires seront organisées dans les 19 régions administratives de notre pays, des cérémonies au cours auxquelles les Gouverneurs de Région procéderont à la remise symbolique du drapeau, des insignes et des certificats aux Chefs de village, de fraction et de quartier au nom des plus hautes autorités.
Enfin, les Sous-préfets procèdent à la remise identique aux Chefs de village, de fraction et de quartier de leurs Circonscriptions administratives respectives.
Le porte-parole des récipiendaires, le doyen Bamoussa TOURÉ, coordinateur général des Chefs de quartiers de Bamako, a déclaré que le jeudi 11 novembre 2021 et ce lundi 18 juillet 2022 sont désormais deux jours historiques qui font date dans les récits et contes glorieux Mali .
Deux jours rappelés qui ont reflété, dit-il, de manière éclatante la renaissance des autorités et les légitimités traditionnelles de notre pays.
« Ils font désormais valoir et imposent à tous notre reconnaissance, notre considération et notre respect grâce à vous, Excellence Monsieur le président de la transition », at-il remercié.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.