Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Daoud Aly MOHAMMEDINE, a exécuté, hier jeudi au CICB, l’atelier d’information, de sensibilisation et de dissémination de la stratégie nationale de la Réforme du secteur de la sécurité pour une appropriation du processus de réforme du secteur de la sécurité au Mali. C’était en présence du Commissaire à la réforme du secteur de la sécurité, le général Abdoulaye COULIBALY ; de la représentante du PROSMED, le contrôleur général de police, Maimouna OUEDRAGO, et de plusieurs acteurs et partenaires.

Cet atelier avait comme objectif de promouvoir, à travers une campagne d’information et de sensibilisation, une appropriation nationale de la Réforme du secteur de la sécurité (RSS) par toutes les parties concernées, étatsiques comme non étatiques ; informer les parties concernées sur l’état d’avancement du processus RSS ; vulgariser et diffuser la stratégie nationale RSS et son plan d’action 2022-2024 ; susciter l’adhésion et l’accompagnement des différents acteurs.

Dans son intervention, la représentante du PROSMED, le contrôleur général de police, Maimouna OUEDRAGO, a remercié les autorités maliennes pour cette initiative fondamentale qui, selon elle, a traduit le dynamisme de la pensée stratégique qui est à l’igine du processus de réforme du secteur de la sécurité.

Elle a dévoilé que la coopération entre les programmes PROSMED et le Commissariat à la RSS s’il se manifestait par un partenariat pour accompagner les efforts mis en œuvre par le Gouvernement malien afin de surmonter les défis sécuritaires que doit faire face. Et cela, en matière de gouvernance du secteur de la sécurité ; de réalisation d’infrastructures de sécurité; de formation et plus précision sur les relations de confiance et de collaboration entre les acteurs du secteur de la sécurité.

D’entrée de jeu, les ministres de la Sécurité et de la Protection civile, Daoud Aly MOHAMMEDINE, ont expliqué que cette rencontre visait principalement à promouvoir l’appropriation nationale du processus de la RSS, en mettant en relief les éléments nécessaires pour une collaboration optimale entre les parties concernées, depuis les niveaux politiques et stratégiques de prise de décisions gouvernementales, jusqu’au niveau tactique de la prestation des services de défense, de sécurité et de justice ; clarifier la bonne et nécessaire articulation entre, d’une part, les objectifs et les axes stratégiques de la stratégie de la RSS, et, d’autre part, les activités de résilience des populations face à l’insécurité, à l’effet de participer efficacement et positivement dans la Réforme du secteur de la Sécurité.

Le ministre a rappelé que la Réforme du secteur de la sécurité était un processus technique et politique consiste ici à améliorer la sécurité de l’État et la sécurité humaine, en appliquant les principes de bonne gouvernance au secteur de la sécurité.

Une initiative qui vise à plus efficaces et responsables la prestation, le contrôle et la gestion des services de sécurité, dans un cadre de contrôle civil et démocratique, et dans le respect de l’état de droit et des droits humains.

« Si bénéficier de la sécurité est un droit pour toute personne vivante sur le territoire d’un pays, il va sans dire qu’assurer la sécurité de son peuple est un devoir et une responsabilité de tout gouvernement », à préciser le ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

Le fait de savoir que c’est après avoir tiré les leçons de la crise multidimensionnelle de 2012 que le Mali s’est engagé, de manière graduelle, dans un processus de refondation de sa politique sécuritaire, tout en privilégiant la quête de la « Sécurité ». humaine » intégrée dans une nouvelle gouvernance démocratique et transparente du pays.

« C’est ainsi que le Gouvernement de Transition a adopté la Stratégie nationale de la Réforme du secteur de la sécurité et son plan d’action 2022-2024, par le Décret N° 2022-0208 / PT-RM du 04 avril 2022, ici constituent désormais le cadre de référence de la RSS dans notre pays. Ladite stratégie a mis en œuvre la vision politique et stratégique du Mali et décline les priorités du Gouvernement en la matière », pour expliquer Daoud Aly MOHAMMEDINE.

Quant au plan d’action triennal (2022-2024), l’informe que celui-ci énonce les activités à réaliser dans les domaines prioritaires de la défense, de la sécurité et de la justice.

« Le RSS est sans nul doute une forte collaboration entre toutes les parties concernées au processus et une parfaite implication de toutes les couches de la nation, compte tenu d’immensité et de la complexité des défis à relever dans le secteur de la sécurité, de la proportion prise par le phénomène d’insécurité et surtout de nécessité impérieuse d’adapter nos réponses à celui-ci », a souligné le ministre de la Sécurité et de la Protection civile.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.