Pour la septième fois, les États-Unis d’Amérique renouvellent leur engagement avec le Mali, sur le retour au bercail, des objets archéologiques et technologiques issus de fouilles et de pillages, après le voyage d’autres atlantiques, à travers son projet de sensibilisation, d’éducation à la lutte contre le trafic illicite et l’exposition des biens culturels, placée sous le thème : « protégés nos biens culturels pour les générations futures ».

Le document a été signé, ce lundi 22 août 2022, au Musée national, par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly GUINDO et l’Ambassadeur des USA au Mali, Denis Bruce HANKINS. La cérémonie de signature était Couplée au vernissage des rendus au Mali par le Gouvernement des États-Unis d’Amérique.

Dans son propos, Andogoly GUINDO a tout d’abord rappelé que plus de 900 objets archéologiques et technocratiques issus du pillage et du trafic technocratique avaient été reçus le 7 décembre 2021, par le Premier ministre, Choguel Kokalla MAIGA, que le gouvernement des Été Unis d’Amérique avait bien voulu rendre notre pays.

Il a expliqué que ce vernissage était plein de signification, car elle démontre encore une fois, que la restitution des biens culturels n’est qu’une question de volonté et de géographie culturelle et de justice. Le ministre a fait savoir qu’il s’agirait avant tout, d’accéder du Peuple à sa culture surtout à la jeunesse d’accéder à la créativité et à la spiritualité d’époques lointaines.

Il a saisi l’occasion pour saluer le gouvernement des États-Unis d’Amérique, au nom des autorités de la Transition, pour les appuis forts, transparents et multiformes dédiés à la protection et à la promotion du patrimoine culturel malien.

Le ministre de la Culture a reconnu que les appuis financiers des États-Unis avaient permis l’organisation de cette exposition à travers la mise en œuvre du projet «sensibilisation, éducation à la lutte contre le trafic illicite et exposition de bien cultuel».

Pour sa part, l’Ambassade des États-Unis d’Amérique a reconnu que le Mali regorgeait d’importants sites archéologiques, qui présentaient les témoignages des civilisations passées. Les diplômés américains ont signalé que les sites archéologiques étaient visibles sur l’ensemble du territoire malien et couvraient les périodes du Paléolithique, du Néolithique, de la protohistoire, de l’époque des grands Empires et de la période subactuelle.

Aux dires de l’Ambassade, les États-Unis d’Amérique et le gouvernement du Mali avaient signé un accord (protocole d’accord d’urgence), 19 septembre 1993, sur les restitutions à l’portation de matériels archéologiques de la vallée du Niger et des Falaises de Bandiagara pour la première fois. Il revient aux deux États de renouveler cet accord pour la septième fois, at-il mentionné.

L’Ambassade américaine a indiqué que cette signature du renouvellement de l’accord Couplé à une exposition mettait en exergue les objets archéologiques saisis par la Douane américaine et retournée au Mali dans le cadre de l’Accord bilatéral entre les États-Unis d’Amérique et Mali.

Par SABA DANSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.